Un policier du Nord blessé après un refus d’obtempérer


Un policier a été blessé lundi soir à Anzin, dans le Nord, par un véhicule qui l'a percuté après avoir refusé un contrôle des douaniersafp.com - DENIS CHARLET

Un policier a été grièvement blessé lundi soir près de Valenciennes, percuté par le conducteur d’un véhicule qui transportait de la drogue et tentait d’échapper à un contrôle des douaniers, nouvel incident dans le cadre d’un refus d’obtempérer.

Le policier, dont le pronostic vital n’est pas engagé, a été blessé notamment au dos, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord. Souffrant de « multiples fractures », il était toujours hospitalisé en fin de matinée mardi.

Une source policière a indiqué qu’il était « sérieusement blessé aux jambes ».

Âgé de 29 ans, le conducteur du véhicule a été interpellé et placé en garde à vue, a indiqué la DDSP. Selon un procès-verbal consulté par l’AFP, il a déclaré être né au Maroc et être sans domicile fixe, et été trouvé notamment en possession d’une carte d’identité belge.

Selon une source policière, le jeune homme est « défavorablement connu » de la police, et selon le PV, interdit de port d’arme. « Plusieurs types de produits stupéfiants » ont été découverts à bord du véhicule mis en cause, a ajouté la même source policière.

Le procès-verbal consulté par l’AFP mentionne la saisie de « quatorze paquets semblants contenir des stupéfiants », ainsi que d’un couteau de type cran d’arrêt et un poing américain. Une source policière a évoqué « un kilo de stupéfiants » dans le véhicule.

– « Soutenir » la police –

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a confirmé sur Twitter que de la drogue avait été retrouvée dans la voiture.

« Chaque jour, nos forces de l’ordre sont confrontées à des tentatives de meurtre en faisant leur métier. Nous devrions tous les soutenir plutôt que tenir avec les délinquants », a-t-il tweeté, affirmant que le policier était « grièvement blessé » à la suite de ce « refus d’obtempérer ».

D’après le récit de la DDSP, lundi vers 23H30, des douaniers ont voulu contrôler un véhicule, mais le conducteur ne s’est pas arrêté et a été pris en chasse.

La police s’est alors positionnée à un rond-point d’Anzin, commune de l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dans l’agglomération de Valenciennes, pour crever les pneus du véhicule avec une herse.

Mais le conducteur a pris « le rond-point à contre-sens » et percuté le policier avant de « finir sa course dans un poteau ».

D’après un autre procès-verbal consulté par l’AFP, il a tenté de prendre la fuite à pied avant d’être interpellé.

D’abord notifiée pour refus d’obtempérer et tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique, sa garde à vue a été étendue à l’acquisition, la cession et l’importation de produits stupéfiants après la fouille du véhicule.

– Collègues « extrêmement choqués » –

Selon une source syndicale, les collègues du policier, de la patrouille du groupe de sécurité de proximité, « sont extrêmement choqués ».

« Tant que les décisions de justice seront ce qu’elles sont, les voyous ne craindront jamais la police et malheureusement on le constate tous les jours », a réagi Frédéric Lagache, délégué général d’Alliance.

« Le mépris de politiciens pour les Forces de l’ordre (est) un permis moral de tuer », a dénoncé la déléguée Nationale Unité SGP-FO Linda Kebbab sur Twitter.

Le député PCF de la circonscription, Fabien Roussel, avait indiqué sur BFM TV qu’il irait apporter son « soutien » aux collègues du policier dans l’après-midi, mais cette rencontre sera finalement organisée la semaine prochaine, a indiqué son entourage.

Le député RN du Nord Sébastien Chenu a appelé sur Twitter la justice à « agir rapidement et fermement contre ce chauffard délinquant ».

En 2022, deux gendarmes ont été « sérieusement blessés » lors d’un refus d’obtempérer fin août dans la Creuse. En février, une policière avait été « gravement blessée » à Lille, percutée par un automobiliste. Le dernier décès policier remonte à août 2020 dans la Sarthe.

Les tirs mortels de la police lors de refus d’obtempérer ont quant à eux causé 10 décès depuis le début de l’année, les derniers à Nice et Rennes le 7 septembre.

Selon des chiffres obtenus par l’AFP de source policière, le nombre de refus d’obtempérer en zone police est stable ces trois dernières années. Il y en a eu 14.256 en 2021, contre 13.018 en 2020 et 14.075 en 2019.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s