Afghanistan: échange de prisonniers entre les États-Unis et les talibans

Bashar Noorzaï (au centre), un chef de guerre proche des talibans afghans, lors d'une conférence de presse à l'hôtel Intercontinental de Kaboul, le 19 septembre 2022afp.com - Wakil KOHSAR

Les États-Unis et le régime taliban ont procédé lundi à un échange de prisonniers, entre un vétéran de la marine américaine et un soutien clé du mouvement islamiste détenu depuis 17 ans par les Américains, accueilli avec ferveur à Kaboul.

L’Américain Mark Frerichs, enlevé en 2020 en Afghanistan, a été échangé contre Bashar Noorzaï, un chef de guerre proche des talibans emprisonné aux États-Unis pour trafic d’héroïne.

« Après de longues négociations, le citoyen américain Mark Frerichs a été remis à une délégation américaine et cette délégation nous a remis (Bashar Noorzaï) aujourd’hui (lundi) à l’aéroport de Kaboul », a indiqué le ministre afghan des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, lors d’une conférence de presse dans la capitale.

Le vétéran de la marine américaine travaillait en tant qu’ingénieur civil sur des projets de construction en Afghanistan lorsqu’il a été pris en otage, selon le département d’Etat américain.

Le 31 janvier, le président américain Joe Biden avait demandé aux talibans de libérer « immédiatement » Mark Frerichs « avant de pouvoir espérer une quelconque prise en compte de leurs aspirations à la légitimité. » « Ce n’est pas négociable », avait insisté Joe Biden à propos du nouveau gouvernement afghan, qui n’a été reconnu par aucun pays au monde.

Le prisonnier afghan, Bashar Noorzaï, condamné à la prison à vie aux Etats-Unis pour trafic d’héroïne, n’occupait aucune position officielle au sein des talibans, a précisé à l’AFP le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid.

Il a néanmoins « apporté un soutien important, y compris en armes », lors de l’émergence du mouvement islamiste dans les années 1990, a-t-il ajouté.

Proche collaborateur de feu mollah Omar, fondateur mythique des talibans, Bashar Noorzaï a combattu l’occupation soviétique avec les forces moudjahidines soutenues par les États-Unis. Lors de son procès, les procureurs américains avaient déclaré qu’il dirigeait un « réseau mondial de stupéfiants » et qu’il avait soutenu le premier régime des talibans entre 1996 et 2001.

– ‘Source de paix’ –

« Si l’EIA (Émirat islamique d’Afghanistan) n’avait pas montré sa forte détermination, je ne serais pas ici aujourd’hui », a déclaré aux journalistes Bashar Noorzaï lors de son arrivée à Kaboul.

« Ma libération en échange d’un Américain sera une source de paix entre l’Afghanistan et les Américains », a-t-il ajouté.

Son retour a été célébré en fanfare par le régime taliban. Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des combattants talibans masqués lui mettant des colliers de fleurs autour du cou.

Bashar Noorzaï est le deuxième détenu afghan libéré par les États-Unis au cours des derniers mois. En juin, Assadullah Haroon a été libéré après 15 ans de détention dans la prison de Guantanamo.

M. Haroon avait croupi, sans chef d’inculpation, pendant des années dans le centre de détention américain de Cuba après avoir été arrêté en 2006 alors qu’il travaillait comme négociant en miel entre le Pakistan et l’Afghanistan.

La libération de Noorzaï marque le début d’un « nouveau chapitre » dans les relations entre l’Afghanistan et les États-Unis, a souligné le ministre des Affaires étrangères.

– « Succès majeur » –

Sa libération est un « succès majeur » pour les talibans, selon Hekmatullah Hekmat, analyste afghan spécialisé dans la sécurité, interrogé par l’AFP.

« Les talibans peuvent dire à leurs fantassins et aux Afghans qu’ils sont capables de ramener leurs ressortissants détenus par des groupes d’opposition ».

En août 2021, les talibans ont repris le pouvoir après 20 ans d’occupation du pays par les Etats-Unis et leurs alliés de l’Otan. La guerre a coûté la vie à plus de 2.400 soldats américains et à plus de 3.500 des autres pays de l’Otan, selon l’armée américaine. Des dizaines de milliers d’Afghans ont aussi péri.

Malgré la fierté des talibans d’avoir reconquis le pouvoir, le pays de 38 millions d’habitants doit faire face à l’une des pires crises humanitaires sur la planète, selon les Nations unies.

La situation n’a fait qu’empirer quand les versements de milliards de dollars d’aide étrangère, qui ont soutenu l’économie afghane pendant des décennies, ont soudainement été interrompus lors du retrait des Etats-Unis. Quelque sept milliards de dollars de réserves ont été gelés par Washington.

Les sévères restrictions imposées par les talibans aux droits des femmes sont devenues un obstacle majeur à la reconnaissance officielle par la communauté internationale du gouvernement islamiste en Afghanistan.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s