Mondiaux de cyclisme: Coup d’envoi d’une semaine en arc-en-ciel en Australie


Julian Alaphilippe lors de sa victoire aux championnats du monde 2021 à Louvain, en Belgique, le 26 septembre 2021 afp.com - KENZO TRIBOUILLARD

Les contre-la-montre dames et messieurs lancent dimanche les Mondiaux de cyclisme sur route à Wollongong, en Australie, où Julian Alaphilippe défendra, une semaine plus tard, son maillot arc-en-ciel dans la course en ligne face notamment à Wout van Aert et Tadej Pogacar.

La destination, lointaine et onéreuse, a dissuadé plusieurs coureurs comme le vainqueur du Tour de France Jonas Vingegaard de faire le voyage jusqu’à la côte est de l’Australie, à environ 80 km au sud de Sydney. Et des équipes comme l’espagnole Movistar, la belge Lotto ou la française Cofidis, engagées dans une lutte existentielle pour le maintien dans le World Tour, ont retenu leurs coureurs pour les aligner sur un maximum de courses afin de grappiller de précieux points UCI.

Mais le plateau reste tout de même luxueux avec des champions comme le Français Julian Alaphilippe, double tenant du titre, le Slovène Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France, le Néerlandais Mathieu van der Poel ou encore les Belges Remco Evenepoel, récent vainqueur de la Vuelta, et Wout van Aert, qui sur un tracé exigeant fait figure de favori pour la course en ligne le 25 septembre.

Contrairement à Pogacar ou Evenepoel, l’homme à tout faire de la Jumbo-Visma a décidé de tout miser sur l’épreuve reine et de ne pas s’aligner sur le contre-la-montre de 34,2 km dimanche.

– Les Néerlandaises armées –

L’Italien Filippo Ganna, double tenant du titre, sera l’inévitable favori de cette première épreuve, même s’il devra, outre Evenepoel et Pogacar, surveiller les Suisses Stefan Bissegger et Stefan Küng sur un circuit technique dans le centre-ville à emprunter à deux reprises avant l’arrivée sur Marine Drive, le long d’une plage de sable blanc.

Dans le contre-la-montre dames, disputé un peu plus tôt le même jour, sur le même parcours et la même distance, les Néerlandaises partiront comme d’habitude avec une cible dans le dos, en alignant la tenante du titre Ellen van Dijk et Annemiek van Vleuten, qui a remporté cette année les trois grands Tours (Italie, France et Espagne).

La semaine sera ensuite consacrée aux courses juniors et espoirs et au relais mixte. Avant le point d’orgue le week-end suivant avec la course en ligne dames le samedi et celle des hommes le dimanche. L’Italienne Elisa Balsamo, tenante du titre, tentera une nouvelle fois de piéger l’armada néerlandaise de la triple championne du monde Marianne Vos. La France misera elle sur Juliette Labours et Évita Muzic, respectivement 4e et 8e du dernier Tour de France.

– Pogacar en forme –

Mais c’est surtout chez les hommes que la France peut cultiver des ambitions avec Julian Alaphilippe qui vise un troisième titre consécutif, exploit réalisé par un seul homme dans toute l’histoire des Championnats du monde depuis 1927 : Peter Sagan entre 2015 et 2017.

Le Français n’a certes plus couru depuis son abandon sur la Vuelta le 31 août à cause d’une luxation de l’épaule droite. Mais il a déjà prouvé par le passé qu’il était capable de tout et emmène une équipe particulièrement compétitive qui compte d’autres atouts comme Romain Bardet, Christophe Laporte ou Valentin Madouas.

L’année dernière, les Français avaient piégé la Belgique chez elle, à Louvain, en tirant notamment profit des dissensions entre les deux leaders flamands, Van Aert et Evenepoel. Les deux stars belges jurent avoir appris de leurs erreurs pour assumer cette fois leur statut de favori en coopérant.

Ils disposent d’une équipe ultra complète, autrement plus forte par exemple que la Slovénie de Tadej Pogacar, déplumée et privée de Primoz Roglic, blessé. Mais attention, « Pogi » arrive en forme après sa récente victoire au GP de Montréal, tout comme le Néerlandais Mathieu Van der Poel, vainqueur du GP de Wallonie cette semaine.

Des coureurs comme l’Érythréen Biniam Girmay et l’Australien Michael Matthews seront également à surveiller sur un parcours long et vallonné (3945 m de dénivelé positif sur une distance de 266,9 km), taillé pour les puncheurs dans l’arrière-pays de Wollongong et le long de ses plages.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s