Retraite Federer: Wimbledon, le plus beau théâtre de la légende

Les huit victoires, et autant de trophées, conquises par le joueur suisse Roger Federer à Wimbledon, entre 2003 et 2017 afp.com - -

Roger Federer a enchanté les courts du monde entier pendant deux décennies, mais ses aventures à Wimbledon, le temple du tennis où il s’est imposé huit fois, auraient à elles seules suffi à en faire une légende de son sport.

Le Suisse a tout vécu sur le gazon anglais: son premier succès en Grand Chelem (2003), ses plus belles victoires (les cinq à la suite de 2003 à 2007), sa plus cruelle (et homérique) défaite (contre Rafael Nadal en 2008) et ses finales les plus acharnées (celle gagnée contre Andy Roddick en 2009 et celle perdue face à Novak Djokovic en 2019 après deux balles de match manquées).

Jeudi, les organisateurs des « Majeurs » du tennis (Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open) ont réagi en choeur à l’annonce de la retraite du Suisse. Mais c’est bien celle du tournoi londonien qui a affiché la plus grande émotion.

« Cela a été une chance d’être les témoins de ton voyage et de te voir devenir un champion dans tous les sens du terme (…). Tout ce qu’on peut dire c’est merci, pour les souvenirs et la joie que tu as donnés à tant », ont commenté sur Twitter les organisateurs de Wimbledon.

– « Dès le début, j’ai su » –

Formé sur des courts en terre battue dans son pays, Federer a découvert le All England Club en 1998 chez les juniors. Le succès a été immédiat: victoire en simple et en double. « Dès le début j’ai su que j’allais bien jouer ici. C’est ici que je suis le meilleur. Je ne sais pas pourquoi », dira-t-il bien plus tard.

En réalité, la surface convenait parfaitement à son jeu, en particulier à ses services extraordinairement précis, travaillés et variés qui glissaient sur l’herbe plus que sur les autres surfaces. En finale contre Roddick en 2009 (16-14 au cinquième set), il réussit pas moins de 50 aces. Le gazon sublimait aussi son revers slicé et ses fulgurances en coup droit.

Federer a quand même tâtonné pour trouver la bonne tactique. Après le « chip and charge » (ruée vers le filet) qui lui permit de réussir le premier coup d’éclat de sa carrière, une victoire sur Pete Sampras, alors quadruple tenant du titre, en 8e en 2001, il opta pour un mélange mieux dosé de jeu de fond de court et de montées à la volée.

C’est ainsi qu’il remporta son premier titre majeur, en 2003, en battant en finale l’Australien Mark Philippoussis. Le plus gros obstacle avait été franchi en demie: l’Américain Andy Roddick, alors tête de série N.1, qui allait devenir une de ses victimes préférées (il le battra trois fois en finale).

L’atmosphère très chic de « Church Road » lui allait aussi à merveille. Si d’autres champions, comme Andre Agassi, enrageaient de devoir jouer tout en blanc, lui ne s’est jamais plaint du fameux « dress code » qui correspondait à son élégance discrète. Le public anglais lui rendit bien son amour, sauf peut-être lorsqu’il battit le Britannique Andy Murray en finale en 2012.

Federer est incontestablement le plus grand joueur de l’histoire de Wimbledon. Et le temps presse pour Novak Djokovic, qui a remporté sept titres à Londres, s’il veut menacer son record.

Mais, paradoxalement, son match le plus inoubliable restera une défaite: la fameuse finale de 2008 contre Nadal, souvent considérée comme le plus grand match de l’histoire avec le Borg-McEnroe de 1980.

Pendant quatre ans, de 2003 à 2006, le champion helvète avait été injouable à Londres. Mais en 2007, le jeune Nadal, encore trop tendre l’année précédente en finale, avait placé une première banderille en poussant le maître des lieux dans un cinquième set. L’année suivante, la troisième finale Federer-Nadal consécutive allait être la bonne pour le Majorquin… et la pire journée de la carrière de son grand rival (6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 9-7).

– Le « désastre » de 2008 –

Après cinq manches d’un tennis éblouissant des deux côtés, le Suisse mettait un dernier coup droit dans le filet qui le précipitait dans « le désastre », selon sa propre expression. « C’est de loin ma défaite la plus dure. Il n’y a pas de comparaison possible. À Paris, ce n’était rien », dit-il, alors qu’il avait été écrasé par le même rival en finale de Roland-Garros un mois plus tôt.

C’est que le Bâlois a toujours placé Wimbledon au-dessus de tout. « Tant que je gagne à Wimbledon et que je suis numéro mondial tout va bien », disait-il quand Nadal lui infligeait défaite sur défaite à Roland (de 2005 à 2008).

Il ne lui fallu qu’un an pour remonter au sommet, et plus haut que jamais. En 2009, dans la foulée de sa victoire si longtemps attendue à Paris, il battit le record des titres du Grand Chelem de Sampras avec un quinzième trophée, son sixième à Londres. Il le détiendra pendant onze ans en continuant à faire grimper son total jusqu’à 20, jusqu’à ce que Nadal (en 2020) puis Djokovic (en 2021) ne le rejoignent puis le dépassent.

Deux autres triomphes suivront à Wimbledon: en 2012, quand il égala le record des sept victoires de Sampras, et en 2017, quand il l’améliora, au coeur de sa « deuxième jeunesse », à près de 36 ans.

Le sort a pourtant réservé à l’immense champion une sortie cruelle: un 6-0 infligé par le Polonais Hurkacz pour conclure une défaite en trois sets en quarts de finale de l’édition 2021. Ce qui, mais personne ne le savait à l’époque, restera comme son dernier match.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s