Coupe Davis: des absents de marque, l’Espagne avec Alcaraz, les Bleus pour grandir


Richard Gasquet et le sélectionneur de l'équipe de France de Coupe Davis Sébastien Grosjean, le 9 septembre 2022 lors d'une session d'entraînement à Paris afp.com - FRANCK FIFE

Nouvelle formule et nouveau gagnant: la Coupe Davis, remportée l’année passée par la Russie, depuis exclue de la compétition en raison de l’invasion de l’Ukraine, veut essayer de convaincre public et joueurs lors de ses phases de poules qui se déroulent de mardi à dimanche.

Pour éviter de savants calculs pour déterminer les meilleurs seconds, ce ne sont plus que 16 équipes, contre 18 lors de la dernière édition, qui participent à cette phase de groupes, réparties au sein de quatre poules. Seuls les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour le final 8 prévu en novembre à Malaga.

. Des absents de marque

Avec Carlos Alcaraz, vainqueur de l’US Open et nouveau N.1 mondial, mais sans Rafael Nadal (36 ans, 3e mondial), handicapé cette saison par de nombreuses blessures, l’Espagne voudra récupérer le Saladier d’argent, remporté en 2019. Elle devra déjà assurer devant son public sa qualification dans un groupe relevé, avec la Serbie et le Canada.

Le Canada se déplacera à Valence avec Félix Auger-Aliassime (22 ans, 13e), mais sans Denis Shapovalov (23 ans, 24e). La Serbie sera elle privée de Novak Djokovic (35 ans, 7e), vainqueur de la Coupe Davis en 2010.

Privé de l’US Open car non vacciné, le Serbe, un temps annoncé présent, a finalement fait l’impasse sur ce rendez-vous « pour raisons personnelles », a expliqué le capitaine de l’équipe serbe Viktor Troicki dans un entretien au journal serbe Sportski Zurnal. Il pourrait cependant revenir pour les phases finales en novembre… si la Serbie se qualifie.

. Le retour de Murray

Il faudra également surveiller l’opposition dans le groupe A entre la Croatie de Marin Cilic (16e mondial), finaliste sortante et vainqueure en 2018, et l’Italie, portée par les talentueux Jannik Sinner (11e) et Matteo Berrettini (15e).

En revanche, Alexander Zverev, 25 ans et N.5 mondial, ne fera finalement pas son retour à la compétition chez lui à Hambourg, dans cette phase de groupe où son pays, l’Allemagne, est opposé à la France, l’Australie et la Belgique.

Blessé à la cheville droite en demi-finale à Roland-Garros, il a renoncé lundi à jouer en raison de « douleurs extrêmes ».

Dans le groupe D, les Britanniques, outre le 8e mondial Cameron Norrie (27 ans), pourront compter sur le vétéran Andy Murray (35 ans, 43e), de retour dans l’équipe après trois ans d’absence, lui qui avait mené la Grande-Bretagne au titre en 2015.

. Les Bleus veulent grandir

Eliminés dès les poules l’an dernier avec une équipe en construction, les Français espèrent mieux faire dans un groupe où se trouvent la Belgique, l’Allemagne et l’Australie, privée de Nick Kyrgios (27 ans, 20e).

Ils s’appuieront sur l’expérience de Richard Gasquet (36 ans, 79e), nommé la semaine dernière cinquième homme de l’équipe en l’absence du N.1 français Gaël Monfils (36 ans, 32e), blessé. Gasquet a rejoint dans l’équipe Benjamin Bonzi (26 ans, 53e mondial), Adrian Mannarino (34 ans, 47e), Arthur Rinderknech (27 ans, 59e) et, pour le double, Nicolas Mahut (40 ans, 27e dans cette spécialité).

« Notre poule est homogène mais il faudra être performant », a averti le capitaine des Bleus Sébastien Grosjean vendredi en conférence de presse.

« On a toutes nos chances de gagner cette manche, comme possiblement de finir quatrième si tout ne se goupille pas très bien. Il faudra donc être présent sur chaque match », a renchéri Arthur Rinderknerch.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s