Ethiopie: la communauté internationale appelle à saisir « l’opportunité » de paix

De jeunes Ethiopiens passent près d'un tank détruit et abandonné près de la ville de Mehoni, dans le nord de l'Ethiopie, le 1er septembre 2022afp.com - EDUARDO SOTERAS

La communauté internationale appelait lundi à saisir « l’opportunité » de paix en Ethiopie, après que les rebelles du Tigré se sont dits prêts à négocier avec le gouvernement sous l’égide de l’Union africaine pour mettre fin à la guerre dans le nord du pays.

Depuis le début du conflit en novembre 2020, les nombreux efforts diplomatiques pour amener autorités rebelles tigréennes et gouvernement fédéral à la même table sont restés vains. Et la reprise des combats le 24 août, après cinq mois de trêve, avait encore assombri les perspectives d’une paix négociée.

Mais dans un communiqué diffusé dimanche soir, les autorités tigréennes issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) se sont dites disposées « à participer à un processus de paix robuste sous les auspices de l’Union africaine » (UA).

Elles avaient jusqu’à présent toujours rejeté la médiation de l’envoyé spécial de l’UA, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, dénonçant sa « proximité » avec le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

Le gouvernement, qui avait répété fin juillet être prêt à discuter « n’importe quand, n’importe où » avec une médiation de l’UA, n’avait pas officiellement réagi lundi matin.

Dès dimanche soir, l’UA s’est félicitée de l’annonce tigréenne, saluant une « opportunité unique ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ainsi que le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell ont appelé « à saisir cette opportunité ».

Les Etats-Unis, dans un communiqué du secrétaire d’Etat Antony Blinken, ont également appelé « les dirigeants du pays à mettre l’Ethiopie sur une voie qui mette fin aux souffrances et permette une paix durable ».

« L’Érythrée et d’autres doivent cesser d’envenimer le conflit », a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

– Processus « crédible » –

Les combats dans le nord de l’Ethiopie font rage sur plusieurs fronts depuis la reprise des hostilités le 24 août, dont les deux camps se rejettent la responsabilité.

Les rebelles accusent les armées éthiopienne et érythréenne d’avoir lancé une offensive conjointe depuis l’Erythrée, pays qui borde le nord du Tigré et a déjà prêté main-forte aux forces de l’Ethiopie lors de la première phase du conflit.

Les journalistes n’ont pas accès au nord de l’Ethiopie et les réseaux de télécommunications y fonctionnent de manière très aléatoire, rendant impossible toute vérification indépendante.

Fin juillet, le conseiller national à la Sécurité nationale d’Abiy Ahmed, Redwan Hussein, avait affirmé que le « gouvernement était prêt à discuter à tout moment et n’importe où », ajoutant que « les discussions devraient commencer sans précondition ».

Dans leur communiqué, les autorités tigréennes n’ont mentionné aucun préalable, affirmant leur volonté d’un processus de paix « crédible » avec des médiateurs « mutuellement acceptables » ainsi que des observateurs internationaux.

« Nous sommes prêts à respecter une cessation des hostilités immédiate et mutuellement acceptée, afin de créer une atmosphère propice », ont-elles ajouté.

Dans une lettre adressée quatre jours plus tôt à Antonio Guterres, le chef du TPLF, Debretsion Gebremichael, avait proposé une trêve sous condition, demandant notamment « un accès humanitaire sans entrave » et le retour de services essentiels au Tigré, touché par de graves pénuries alimentaires et privé d’électricité, de communications et de services bancaires.

Il demandait également le départ des forces érythréennes présentes sur le territoire éthiopien et le retrait des forces régionales d’Amhara qui ont pris position depuis fin 2020 au Tigré occidental, région contestée et revendiquée par Tigréens et Amhara – deuxième population ethno-linguistique du pays.

– Aide humanitaire interrompue –

Le bilan du conflit meurtrier au Tigré est inconnu. Mais il a provoqué le déplacement de plus de deux millions de personnes et plongé des centaines de milliers d’Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l’ONU.

La reprise des combats a totalement interrompu l’acheminement routier et aérien de l’aide humanitaire dans la région du Tigré et ses voisines de l’Amhara et de l’Afar, selon les Nations unies.

Le conflit dans le nord de l’Éthiopie a éclaté en novembre 2020, quand Abiy Ahmed a envoyé l’armée fédérale au Tigré déloger les autorités dissidentes de la région, les accusant d’avoir attaqué des bases militaires.

Initialement défaites, les forces rebelles du Tigré ont repris le contrôle de la majeure partie de la région courant 2021, lors d’une contre-offensive qui a débordé en Amhara et en Afar. Ils se sont ensuite repliés vers le Tigré.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s