L’Ukraine annonce des avancées significatives dans sa contre-offensive dans le Sud et l’Est


Des membres des forces armées ukrainiennes quittent la ville de Bakhmout après faire face aux troupes pro-russes, dans la région de Donetsk, le 7 septembre 2022. © Ammar Awad / Reuters

Le gouvernement ukrainien a annoncé mardi 6 septembre que ses forces armées étaient passées à l’attaque non seulement dans la région de Kherson, mais aussi dans le Donbass et dans la région de Kharkiv, au nord-est du pays. Le lendemain matin, plusieurs sources annoncent que des localités dans le Sud et dans l’Est auraient été libérées des forces d’occupation pro-Moscou.

Après que des soldats ukrainiens ont hissé dimanche le drapeau jaune et bleu sur le toit de l’hôpital de Vyssokopillia, dans la région de Kherson, des membres des forces armées ukrainiennes rompent le silence informationnel demandé par leurs officiers. Ils postent sur les réseaux sociaux des vidéos dans des localités fraîchement reprises aux Russes, rapporte notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan.

Selon les cartes de l’Institut pour l’étude de la guerre, un centre d’études américain aux analyses souvent très fiables, l’armée de Kiev aurait progressé en profondeur sur la rive gauche du Dniepr, créant une poche de territoire libéré. À terme, le secteur tenu par les Russes pourrait être scindé en deux.

Deuxième contre-offensive

À l’Est, il y a également du nouveau : une contre-offensive parallèle a été lancée entre Kharkiv et Izioum, a annoncé un conseiller de Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a par ailleurs affirmé mercredi que les forces de Kiev avaient repris aux troupes russes plusieurs localités de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, sans toutefois donner aucun détail. Refusant de les nommer, il a évoqué des « localités où le drapeau ukrainien est revenu »

Les responsables séparatistes de Donetsk ont confirmé que l’armée ukrainienne est passée à l’attaque dans les localités de Balaklia, et de Volokhiv Yar, ce qui indique que Kiev tente progressivement d’encercler et isoler les forces russes situées à Izioum, dernière grande ville entre Kharkiv et la région du Donbass. L’armée de Kiev est également en train de mener une opération éclair, pour enfoncer le front en direction de la ville de Koupiansk.

Pendant ce temps, l’armée russe continue de piétiner aux abords de Bakhmout (entre Sloviansk et Donetsk), et malgré des bombardements sévères sur les zones civiles de Sloviansk, sur la plupart des fronts, les Ukrainiens sont en train, doucement et méthodiquement, de prendre le contrôle de l’initiative dans les combats.

Ces dernières semaines, le Kremlin a transféré des troupes du nord-est de l’Ukraine vers le Sud, pour défendre Kherson, et les Ukrainiens en profitent pour lancer des attaques opportunistes vers le nord-est.

L’armée ukrainienne reconnaît avoir frappé des bases russes en Crimée 

De son côté, un officiel ukrainien affirme que son pays est à l’origine des frappes qui ont touché le mois dernier des bases russes dans la péninsule de Crimée. Valery Zaloujny, le commandant en chef de l’armée ukrainienne, n’a pourtant pas pour habitude, loin de là, de s’épancher dans les médias sur les opérations militaires en cours. Mais c’est bien lui qui lève le voile sur les explosions qui ont touché le mois dernier des installations de l’armée russe basées en Crimée.

Dans un article publié par une agence ukrainienne, Valery Zaloujny affirme notamment que l’Ukraine a effectué « avec succès des frappes de missiles sur les bases de l’ennemi, notamment sur l’aérodrome de Saki ». Une opération qui avait frappé les esprits et provoqué la panique des touristes russes en vacances en Crimée. Jusqu’à présent, l’Ukraine s’était contentée de laisser entendre qu’elle était impliquée dans ces bombardements sans jamais le confirmer.

Le commandant en chef des forces ukrainiennes ne précise pas cependant quel type de missile a été utilisé durant l’opération. Et s’il s’agit de matériel fourni par les alliés occidentaux de l’Ukraine. Dans l’article en tout cas, Valery Zaloujny demande à ses alliés de lui fournir davantage d’armement de longue portée. « La tâche des forces ukrainiennes pour 2023, ajoute l’officier, sera de continuer à déplacer les hostilités vers la péninsule ukrainienne », annexée par la Russie en 2014.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s