Ukraine: un réacteur nucléaire à Zaporijjia arrêté à cause de bombardements russes

Le convoi de l'Agence internationale de l'énergie atomique en rouge vers la centrale de Zaporijjia, en Ukraine, jeudi 1er septembre 2022.  (METIN AKTAS / ANADOLU AGENCY / AFP)

La mission de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) est attendue à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Alors que le convoi de l’agence onusienne s’est mise en route, jeudi 1er septembre, un réacteur de cette centrale, la plus grande d’Europe, a été arrêté en raison de bombardements russes, a fait savoir l’opérateur ukrainien des centrales atomiques, Energoatom. Après « un bombardement à l’aide de mortier sur le site de la centrale de Zaporijjia, le système d’urgence a été activé et l’unité numéro 5 arrêtée », a annoncé Energoatom. 

Dans la matinée, le Kyev Post a rapporté que la progression du convoi de l’AIEA avait été interrompue par des bombardement, alors que Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de perturber sa progression. La Russie accuse l’Ukraine d’avoir envoyé des saboteurs près de la centrale, quand l’Ukraine accuse les forces russes de bombarder la zone. Suivez notre direct. 

 Le CICR appelle à « arrêter de jouer avec le feu. » « Il est grand temps d’arrêter de jouer avec le feu et de prendre plutôt des mesures concrètes » pour protéger ce site, a réagi le directeur général du Comité International de la Croix rouge, Robert Mardini, face à la presse, à Kiev. « La moindre erreur de calcul pourrait provoquer des ravages que nous regretterions pendant des décennies. » 

 L’Ukraine accuse la Russie de mener des frappes. Les autorités ukrainiennes ont accusé la Russie d’effectuer des frappes d’artillerie sur la ville d’Energodar, où se trouve cette centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, occupée depuis mars par l’armée russe. « Les Russes effectuent des frappes d’artillerie sur l’itinéraire par lequel la mission de l’AIEA doit aller vers la centrale de Zaporijjia », a accusé sur Telegram le maire de cette ville en exil, Dmytro Orlov. Selon ce dernier, la délégation ne pouvait pas « continuer son chemin » vers la centrale « pour des raisons de sécurité ». « Nous exigeons de la Russie d’arrêter ses provocations et de donner à l’AIEA l’accès à cette installation nucléaire ukrainienne », a-t-il poursuivi.

 L’AIEA maintient son inspection. L’AIEA a pour sa part annoncé le maintien de son déplacement à la centrale de Zaporijjia. « Il y avait des activités militaires, y compris ce matin, il y a quelques minutes » mais « nous ne nous arrêtons pas, nous bougeons », a déclaré à la presse le directeur général de l’instance onusienne, Rafael Grossi, depuis la ville de Zaporijjia, située à environ 120 kilomètres de la centrale. « Nous allons commencer immédiatement l’évaluation de la situation sécuritaire à la centrale », a-t-il ajouté.

 L’armée russe accuse à son tour les troupes ukrainiennes. L’armée russe a accusé jeudi des troupes ukrainiennes d’avoir envoyé une équipe de « saboteurs » près de la centrale nucléaire de Zaporijjia. « Vers 6 heures, deux groupes de saboteurs de l’armée ukrainienne, jusqu’à une soixantaine de personnes, ont débarqué à bord de sept embarcations (…) à trois kilomètres au nord-est de la centrale nucléaire de Zaporijjia », a annoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué, disant avoir pris « des mesures pour anéantir l’ennemi ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s