Vatican : qui sont Peter Ebere Okpaleke et Richard Kuuia Baawobr, les deux nouveaux cardinaux africains ?

À gauche, Peter Ebere Okpaleke, évêque d'Ekwulobia au Nigeria. À droite, Richard Kuuia Baawobr, évêque de Wa au Ghana. Ils âgés respectivement de 59 et 64 ans. Le 27 août 2022, le pape François les a nommés cardinaux aux côtés de 18 autres évêques.  Catholic Diocese of Ekwulobia - CADEK / Catholic Diocese of Wa - TV5MONDE

Peter Ebere Okpaleke, évêque d’Ekwulobia au Nigeria, et Richard Kuuia Baawobr, évêque de Wa au Ghana, sont devenus cardinaux le samedi 27 août 2022. Choisis par le pape François pour siéger au sein du consistoire, ils devront notamment voter lors du conclave pour élire son successeur en cas de décès ou de démission. Portrait des deux hommes d’Église africains. 

L’annonce est tombée un dimanche. Le dimanche 29 mai 2022, précisément. À l’issue de la prière du Regina Coeli célébrée pour l’Ascension, le pape François a révélé son souhait de créer de nouveaux cardinaux au Vatican. 

Pour la huitième fois depuis qu’il a été élu souverain pontife en 2013, le pape François a donc procédé à cet exercice dans l’enceinte de la Basilique Saint-Pierre au Vatican, samedi 27 août 2022. Au cours de cette cérémonie, les hommes d’église recevront la barrette cardinalice des mains du souverain pontife. Une fois faits cardinaux, ils seront amenés à siéger au sein du consistoire. Seuls ceux âgés de moins de 80 ans pourront prendre part au vote pour élire un nouveau pape en cas de démission ou de décès de l’actuel souverain pontife. 

Cette année, parmi les appelés, figurent deux évêques africains. Peter Ebere Okpaleke, évêque d’Ekwulobia au Nigeria, et Richard Kuuia Baawobr, évêque de Wa au Ghana, âgés respectivement de 59 et 64 ans. 

Une annonce “surprise” pour Richard Kuuia Baawobr

L’annonce a été une réelle “surprise” pour Monseigneur Richard Kuuia Baawobr, comme il l’a expliqué à Vatican News en juin dernier. “Je sortais d’une messe que je venais de présider quand l’un de mes prêtres est venu me présenter ses félicitations, m’annonçant que j’étais nommé cardinal par le Saint-Père”, déclare-t-il. “Je n’en revenais pas, jusqu’à ce que je reçoive l’appel du nonce apostolique au Ghana, Monseigneur Henryk Mieczyslaw Jagodzinski !”, explique-t-il.

Né le 21 juin 1959 au Ghana, il a 22 ans lorsqu’il décide, après des études de théologie au Royaume-Uni, de rejoindre la Société des missionnaires d’Afrique. Il prête serment le 5 décembre 1985 et prend la tête du diocèse de Wa au Ghana dès 1986. Dans les années 2010, il devient le tout premier prêtre africain élu supérieur de la Société des missionnaires d’Afrique. “C’est hautement symbolique : ça veut dire qu’un ordre missionnaire, créé en l’occurrence par un Français, en France et en Algérie à la fin du XIXe siècle, pour étendre le christiannisme et le catholicisme en Afrique a, à sa tête aujourd’hui, un Africain”, commente le spécialiste de la diplomatique catholique et du christianisme François Mabille. 

Peter Ebere Okpaleke, figure de la lutte contre les discriminations ethniques 

 Peter Okpaleke, lui, est né le 1er mars 1963 à Amesi, dans l’État d’Anambra au Nigeria. Il est ordonné prêtre en août 1990, après avoir été “formé à l’Opus Dei”, fait remarquer François Mabille. 

En 2012, durant le pontificat de Benoît XVI, il devient évêque du diocèse d’Ahiara. Mais cette nouvelle affectation est très contestée sur place, comme le rappelle l’expert. “Les prêtres de son diocèse ont refusé sa nomination à l’époque parce que cet homme n’était pas de la même ethnie qu’eux”. François Mabille souligne qu’il a même été “contraint de démissionner au bout de quelques années”, tant les critiques étaient persistantes. 

Vous ne pouvez pas prétendre à la fraternité universelle et en même temps rejeter quelqu’un qui n’est pas de la même ethnie que vous.
François Mabille, spécialiste de la diplomatique catholique et du christianisme.

Aujourd’hui,  le fait qu’il fasse partie des nouveaux cardinaux créés par l’actuel souverain pontife envoie un “symbole fort” tant à l’Église catholique et aux prêtres frondeurs qu’à l’État nigérian lui-même, fait remarquer François Mabille. “ Le message du pape c’est “Qui dit Eglise catholqiue dit universel”. Vous ne pouvez pas prétendre à la fraternité universelle et en même temps rejeter quelqu’un qui n’est pas de la même ethnie que vous.”

Montée en du continent africain au Vatican

Ces dernières années, le nombre de figures catholiques issues du continent africain a connu une hausse au Vatican. Et notamment au sein du consistoire. Une représentativité qui répond au principe d’internationalisation, observé depuis près de six décennies par les papes. “L’Église catholqiue étant présente pratiquement partout dans le monde, il faut qu’il y ait une répartition géographique du collège des cardinaux. En moyenne, il y a entre 15 et 20 cardinaux pour chacun des continents”, explique François Mabille. 

TV5MONDE

Selon  les chiffres publiés par l’annuaire pontifical en 2018, le nombre de catholiques en Afrique serait de 228 millions. Sur le continent, deux pays concentrent un grand nombre d’entre eux, à savoir la République démocratique du Congo qui en compte 44 millions, suivie du Nigeria avec 28 millions. 

Un chiffre en hausse de “23%” par rapport à 2010, assure l’institution. “En Afrique, où la vitalité de l’Eglise se perçoit dans la hausse du nombre de prêtres et de séminaristes, notamment en Ouganda, Tanzanie et Madagascar”, relève le Vatican. 

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s