Le Mexique, bastion du tourisme new age dans un monde en crise

Alizbeth Camacho (c) dirige une séance de méditation centre holistique "Luz azul" ("Lumière bleue"), le 6 août 2022 à Tepoztlan, au Mexique afp.com - Pedro PARDO

Traditions méso-américaines, sagesses orientales, fusions spirituelles new age: pays parmi les plus visités au monde, le Mexique fascine un genre spécial de touristes, des voyageurs en quête d’eux-mêmes à l’écart d’un monde en crise.

Première étape: Tepoztlan. A une heure de Mexico, ce beau village au pied d’une montagne attire des visiteurs d’un week-end, des artistes et des intellectuels.

La douceur de vivre de « Tepoz » et du bourg d’Amatlan magnétise aussi des Mexicains et des étrangers à la recherche de « bonnes ondes », loin des villes et des vaccins anti-Covid qu’ils rejettent en bloc.

« Ici j’adore les vibrations », raconte Ania, une résidente russe de 31 ans installée au pied de la cordillère du Tepozteco, berceau légendaire du dieu aztèque Quetzalcoatl.

« Je ne vois pas beaucoup les informations. Je vis presque là-bas dans la montagne », ajoute la jeune femme, qui préfère en savoir le moins possible sur la guerre en Ukraine.

« Ici, les gens sont plus détendus, plus spirituels. Ils vivent en célébrant le jour d’aujourd’hui », conclut Ania dans l’ambiance bon enfant d’un marché bio, au son d’une guitare folk et d’un tam-tam.

La zénitude de « Tepoz » a un prix. Les hôtels sont plus chers qu’ailleurs (à partir de 50-60 dollars la nuit).

Il est aussi possible de dormir dans des « centres holistiques mystiques », des lieux de retraite spirituelle pour pratiquer le yoga et la méditation.

« Depuis la pandémie, beaucoup de gens sont venus vivre à Tepoztlan », assure Alizbeth Camacho, du centre holistique « Luz azul » (« Lumière bleue »). « Des étrangers et des gens de la ville (Mexico) qui se sont rendus compte que leur énergie allait se bloquer en ville ».

Mme Camacho propose à ses hôtes des « photos de l’aura » pour visualiser leur énergie, leur karma et leurs chakras (environ 16 dollars).

– « Voyage intérieur » –

En plein regain, le tourisme new age date des années 70, quand l’anthropologue Carlos Castaneda vendait des millions de livres racontant l’enseignement d’un chaman yaqui, Don Juan Matus, dans le désert de Sonora (nord).

Les traditions pré-hispaniques ont aussi inspiré un best-seller du développement personnel, « Les quatre accords toltèques » de Miguel Ruiz.

Les champignons hallucinogènes attirent aussi ces touristes.

Un Américain, Robert Gordon Wasson, a ouvert la voie dans les années 50 en révélant les secrets d’une guérisseuse traditionnelle, Maria Sabina.

Cinquante ans après les hippies, la consommation du « peyotl » se négocie encore avec des communautés comme les Wixareka.

L’accès aux paradis artificiels est encore plus simple à San José del Pacifico dans les montagnes du Oaxaca (sud), l’Etat de Maria Sabina.

Il suffit de trouver un « guide » pour un « trip » à plus de 2.500 mètres d’altitude, comme Pedro Ramirez, qui accompagne dans la montagne quatre Mexicains et trois jeunes étrangers.

« Cela va être un voyage intérieur », prévient-il en présentant les champignons. « Vous allez peut-être avoir peur au début, mais au bout de 10 à 15 minutes, vous allez rire, et peut-être pleurer un peu ».

« Je cherche des réponses et l’acceptation après la mort de mon époux », explique avant le « voyage » Araceli Perez, dont le mari médecin est mort du Covid en mai 2020.

« Je veux vivre et ne plus survivre comme je crois que j’étais en train de le faire », ajoute-t-elle, une semaine après l’expérience hallucinogène, radieuse de se sentir « bien mieux ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– « Laisser tout sortir » –

Autre legs pré-hispanique, le temazcal, sorte de hammam méso-américain, fait aussi partie des incontournables du tourisme spirituel.

Nicolas Lopez perpétue ce rite de purification non loin des pyramides maya de Palenque, au pied des montagnes du Chiapas.

Les visiteurs entrent dans une chambre de sudation chauffée par des pierres brûlantes et dansent dans des vapeurs de « copal » (encens) au son d’un tambourin.

« Cela signifie quelque chose de sacré, de pur », explique Valeria Landero, qui sort de l’étuve toute essoufflée.

« Cela signifie laisser tout sortir, les maladies, tout le mal, et faire venir à moi de pures choses positives », ajoute la trentenaire venue avec son mari et sa fille de 14 ans.

Le temazcal veut « réveiller notre esprit, notre âme », résume le maître de cérémonie, Nicolas, guettant l’arrivée d’autres touristes mexicains, américains et italiens, pour une prestation allant de 16 à 20 dollars par personne.

L’année dernière, près de 32 millions de touristes sont venus au Mexique. Une partie pour apprendre au contact des Mexicains le sens du verbe « sanar » (soigner, guérir).

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s