Russie : qui est Alexandre Douguine, l’idéologue de Poutine ?


Photo d'Alexandre Douguine prise dans son studio de télévision, le 11 août 2016 à Moscou (AP Photo/Francesca Ebel, File)

Peu après l’assassinat de Daria Douguina, fille de l’intellectuel russe Alexandre Douguine, tuée dans l’explosion d’une bombe de sa voiture le 20 août près de Moscou, de nombreuses voix en Russie relayés par des médias russes s’élèvent pour dire que c’était le père de la victime, Alexandre Douguine, qui était visé. Qui est ce penseur russe, connu pour être un partisan de la guerre en Ukraine ? 

Peu après l’assassinat de Daria Douguina, fille de l’intellectuel russe Alexandre Douguine, tuée dans l’explosion d’une bombe dans la voiture de son père qu’elle conduisait près de Moscou, le 21 août 2022, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a publié sur son compte Telegram un message évoquant la thèse d’un acte commis avec la participation de l’Ukraine. « Si la piste ukrainienne se confirme (…) et elle doit être vérifiée par les autorités compétentes, il s’agira de la politique du terrorisme d’Etat mise en place par le régime de Kiev ». 

De nombreuses voix en Russie relayés par des médias russes s’élèvent pour dire que c’était le père de la victime qui était visé mais il a pris un autre véhicule à la dernière minute. Journaliste et politologue, Daria Douguina suivait la même ligne idéologique que son père.

Qui est le penseur russe Alexandre Douguine ?

Philosophe, sociologue, politologue, Alexandre Douguine est un idéologue ultranationaliste russe. Opposant virulent de l’Occident et ses valeurs, ce penseur proche du Kremlin est le fondateur du Mouvement international eurasien. Il prône la construction d’un empire eurasien avec la Russie et les anciennes républiques soviétiques.

Né en 1962 à Moscou, Alexandre Douguine est professeur honoraire de l’Université nationale eurasienne L. N. Goumilev au Kazakhstan et de l’Université de Téhéran. Auteur de nombreux ouvrages, il a évolué au cours des années dans ses positions idéologiques. Anticommuniste du temps de l’URSS, il rejette totalement l’orientation libérale et occidentale de la Russie sous Eltsine après la chute de l’Union soviétique. Avec l’écrivain et homme politique Edouard Limonov, il fonde alors dans les années 1990 le parti national bolchévique dont il est l’idéologue.

Mais avec l’arrivée de Poutine au pouvoir en 1999, il n’est plus en opposition frontale avec le Kremlin. Invité dans les médias d’Etat russe, il cherche à promouvoir ses idées sur le néo-eurasisme. Dans un portrait publié dans le Nouvel Observateur en 2014, le journaliste Vincent Jauvert le présente comme « le Raspoutine de Poutine », dont il est un « conseiller occulte ».  Le journaliste rappelle que Douguine est l’un des fondateur du Club Izborski, un club politique ultranationaliste créé avec Alexandre Prokhanov. « La première réunion est présidée par le nouveau ministre de la Culture, Vladimir Medinski, un historien révisionniste », écrit Jauvert. Devenu conseiller du président Poutine en 2020, Vladimir Medinski est depuis le début de la guerre en Ukraine le chef de la délégation russe lors des négociations  avec la partie ukrainienne.

S’appuyant sur une interview d’Alexandre Douguine en 2014, le journal russe Argoumenty i Fakty affirme pour sa part que Douguine et Poutine ne se connaîtraient pas, « le limogeage de Douguine par l’université Lomonossov de Moscou montre l’absence de protection du côté du Kremlin ». Le journal rappelle néanmoins certains liens tissés par le passé par Douguine avec le monde politique russe, notamment en tant que conseiller du président de la Douma de 1998 à 2003. En mars 2012, il est membre du conseil consultatif d’expertise près du président de la Douma Sergueï Narychkine (2011-2016).

Partisan de l’annexion d’une partie de l’Ukraine

Alexandre Douguine publie en 2009 son ouvrage « La Quatrième théorie politique » qui succèderait aux trois précédentes que sont le libéralisme, le socialisme et le fascisme. A partir de 2008, il devient professeur de sociologie à l’Université d’Etat Lomonossov de Moscou jusqu’en 2014 date à la quelle il sera renvoyé. Il prone l’annexion d’une partie de l’Ukraine, un projet qui se réalise en 2014 avec la sécession des républiques pro-russes du Donbass et l’annexion de la Crimée par la Russie. Le magazine américain Foreign Affairs inscrit Alexandre Douguine dans sa liste 2014 des 100 penseurs globaux dans la catégorie « agitateurs » et le surnomme « le cerveau de Poutine ». En 2014, il est visé par les sanctions de l’Union européenne puis des Etats-Unis et du Canada l’année suivante.

Ces dernières années, l’Ukraine a interdit plusieurs de ses ouvrages, notamment « Ukraine. Ma guerre. Journal géopolitique » et « Revanche eurasiatique de la Russie ».
Le journal russe Argoumenty i Fakty publie quelques citations d’Alexandre Douguine recuillies dans ses interviews ou ses livres. Parmi elles, on peut lire : « La Russie doit être un sujet de l’histoire mondiale. La Russie doit revenir à sa tradition. Et la Russie doit remplir sa mission, que nos ancêtres ont léguée ». « La bataille pour l’Ukraine est une bataille pour notre peuple, notre histoire, notre âme. »

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s