Colombie: la première vice-présidente afrodescendante du pays visite son village natal

La vice-présidente colombienne Francia Marquez (centre) prend part un rituel durant une cérémonie traditionnelle dans son village natal, dans le sud-ouest de la Colombie, le 13 août 2022  afp.com - JOAQUIN SARMIENTO

L’écologiste Francia Marquez s’est rendue samedi dans son village natal, dans le sud-ouest de la Colombie, après avoir été investie première vice-présidente afrodescendante de l’histoire du pays le 7 août.

Une foule de personnes majoritairement afrodescendantes lui a rendu hommage au milieu de chants, tambours et cérémonies traditionnelles dans un colisée de la commune de Suárez, dans le département du Cauca, dans le sud-ouest de la Colombie.

« Aujourd’hui est un jour très spécial pour moi, d’être ici, dans ma commune, à recevoir tant d’affection, tant d’amour », a déclaré la femme de 40 ans, aux cheveux tressés et à la robe colorée.

En binôme avec le président Gustavo Petro, ancien sénateur et ex-guérillero, Mme Marquez a vaincu les élites blanches dans les urnes, formant ainsi le premier gouvernement de gauche de l’histoire de la Colombie.

« Il est difficile en tant que femmes d’arriver à ce niveau de représentation politique. Mais si nous sommes des femmes noires, indigènes, rurales, pauvres, la lutte est beaucoup plus difficile », a-t-elle déclaré sur une estrade, le poing levé.

La vice-présidente colombienne Francia Marquez salue ses soutiens à son arrivée dans son village natal, au sud-ouest de la Colombie, le 13 août 2022 afp.com - JOAQUIN SARMIENTO

Née dans une famille pauvre, Mme Marquez est devenue mère célibataire à 16 ans. Elle a dû fuir sa région après des menaces de mort et travailler en tant que femme de ménage pour gagner sa vie. Elle a fait des études de droit avant de se frayer un chemin en politique.

Défenseure de l’environnement, elle a survécu en 2019 à une attaque à la grenade et au fusil pour s’être opposée à l’exploitation minière. Un an plus tôt, elle avait reçu le prix Goldman, considéré comme le « prix Nobel » de l’Environnement.

Bien que près de 10% des 50 millions de Colombiens se reconnaissent comme noirs, les Afro-Colombiens vivent en marge de la politique, dans la pauvreté (30%) et dans la violence.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s