La fusée chinoise s’est désintégrée au-dessus de l’océan Indien, annonce l’armée américaine

Décollage de la fusée Longue Marche-5B, emportant dans l’espace le deuxième module de la station spatiale chinoise Tiangong. A Wenchang, dans le sud de la Chine, le 24 juillet 2022. 

Les débris de cette fusée Longue Marche-5B de la République populaire de Chine, lancée le 24 juillet, ont fini leur chute dans l’océan Indien le 30 juillet.

Le retour sur Terre de cette fusée spatiale chinoise inquiétait. Lancée dimanche 24 juillet, elle a fait son retour non contrôlé dans l’atmosphère samedi 30 juillet et s’est désintégrée au-dessus de l’océan Indien, a annoncé l’armée américaine, sans préciser si les débris avaient fait des dégâts.

« Le commandement de la force de l’espace confirme que la fusée Longue Marche-5B de la République populaire de Chine a fait sa rentrée dans l’atmosphère au-dessus de l’océan Indien le 30 juillet » à 18 h 45, a tweeté l’armée américaine.

Pour tout détail sur la dispersion des débris et le lieu exact de l’impact, les militaires américains ont renvoyé aux autorités chinoises, qui ont lancé le 24 juillet dans l’espace le deuxième des trois modules de sa station spatiale Tiangong, qui devrait être pleinement opérationnelle d’ici la fin de l’année.

« Des risques importants »

La fusée Longue Marche-5B n’a pas été conçue pour contrôler sa descente d’orbite, ce qui, comme lors des lancements précédents, a suscité des critiques. La Chine « n’a pas donné d’informations précises sur la trajectoire de sa fusée Longue Marche-5B », a ainsi tweeté samedi le patron de la NASA, Bill Nelson. « Toutes les nations menant des activités spatiales devraient respecter des pratiques exemplaires », car la chute d’objets de cette taille « présente des risques importants de provoquer des pertes humaines ou matérielles », a-t-il ajouté.

L’entrée dans l’atmosphère dégage une immense chaleur et entraîne des frictions, des segments peuvent alors brûler et se désintégrer, mais les plus gros engins, comme la Longue Marche-5B, peuvent ne pas être entièrement détruits. Leurs débris sont alors susceptibles d’atterrir à la surface de la terre, de causer des dommages et de faire des victimes, même si ce risque est faible, la planète étant recouverte à 70 % d’eau. En 2020, des débris d’une autre Longue Marche s’étaient écrasés sur des villages en Côte d’Ivoire, provoquant des dégâts, mais sans faire de blessés.

Le géant asiatique investit des milliards d’euros depuis plusieurs décennies dans son programme spatial. La Chine a envoyé son premier astronaute dans l’espace en 2003. Elle a posé début 2019 un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale. En 2021, elle a fait atterrir un petit robot sur Mars et elle prévoit d’envoyer des hommes sur la Lune à l’horizon 2030.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s