L’envoyé américain pour la Corne de l’Afrique est arrivé en Ethiopie


Un convoi d'aide alimentaire du PAM en route pour le Tigré, le 9 juin 2022 à Erebti, en Ethiopie afp.com - EDUARDO SOTERAS

L’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, est arrivé vendredi en Ethiopie, en vue notamment « d’appuyer les efforts vers une paix durable » entre le gouvernement et les autorités rebelles de la région du Tigré, a annoncé l’ambassade des Etats-Unis.

« Il rencontrera des responsables du gouvernement, des partis politiques et de la société civile », a poursuivi l’ambassade américaine à Addis Abeba sur son compte Twitter, sans préciser si une rencontre avec les dirigeants rebelles du Tigré était prévue.

Durant son séjour, M. Hammer aura aussi « l’opportunité de vérifier les progrès dans la livraison de l’aide humanitaire » et dans « l’établissement des responsabilités dans les violations des droits humains », a récemment indiqué le département d’Etat.

Gouvernement fédéral et rebelles tigréens ont répété ces dernières semaines être prêts à des négociations de paix.

Ils divergent toutefois sur l’identité du médiateur, Addis Abeba souhaitant que les discussions soient parrainées par l’Union africaine (UA), ce que refusent les autorités rebelles du Tigré.

Redwan Hussein, conseiller national à la Sécurité nationale du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, a indiqué jeudi que le « gouvernement était prêt à discuter à tout moment et n’importe où », en ajoutant toutefois que « les discussions devraient commencer sans précondition »

La veille, cité par la télévision officielle tigréenne, le chef des rebelles du Tigré, Debrestsion Gebremichael, avait répété qu’aucune discussion ne commencerait avant que soient rétablis les services essentiels (électricité, télécommunications, banque, carburant…) dont la région est privée depuis plus d’un an.

Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 quand Abiy Ahmed y a envoyé l’armée fédérale déloger les autorités régionales qui contestaient son autorité, les accusant d’avoir attaqué des bases militaires.

Initialement défaits, les rebelles tigréens ont repris courant 2021 l’essentiel du contrôle de la région, depuis largement coupée du reste du pays.

Les combats ont quasiment cessé au Tigré depuis une trêve décidée en mars, permettant une reprise des livraisons d’aide humanitaire par la route après trois mois d’interruption, mais la situation humanitaire y reste catastrophique.

– Contentieux sur le Nil –

Lors de sa visite, M. Hammer tentera également de favoriser une solution diplomatique au contentieux autour du Gerd, le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne que l’Ethiopie a construit sur le Nil Bleu et qui suscite la colère de l’Egypte et du Soudan, riverains du Nil en aval, qui craignent pour leur approvisionnement en eau.

L’envoyé spécial américain était ces derniers jours au Caire, où il s’est notamment entretenu avec des responsables du gouvernement « de la sécurité hydrique de l’Egypte » et « du Gerd », selon l’ambassade américaine au Caire.

Dans un communiqué vendredi au Caire, le ministère égyptien des Affaire étrangères a rejeté le début du troisième remplissage du réservoir Gerd par l’Ethiopie.

L’Egypte « a reçu un message de la partie éthiopienne le 26 juillet, indiquant que l’Ethiopie continuerait à remplir le réservoir du barrage de la Renaissance pendant la saison des inondations en cours ».

En conséquence, l’Egypte a envoyé une lettre au Conseil de sécurité de l’ONU « pour exprimer son objection et son rejet total de la poursuite par l’Ethiopie du remplissage unilatéral du barrage de la Renaissance sans accord ».

Le communiqué souligne que l’Egypte conserve son « droit légitime de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer et protéger sa sécurité nationale, y compris contre tout risque que les mesures unilatérales de l’Ethiopie pourraient entraîner à l’avenir ».

Le barrage, d’une valeur de 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros), devrait produire plus de 5.000 mégawatts d’électricité, soit plus du double de la production éthiopienne. Il a commencé à produire de l’électricité en février.

La capacité totale du réservoir est de 74 milliards de mètres cubes. Après avoir annoncé avoir rempli son objectif de 4,9 milliards de mètres cubes en 2020, l’Ethiopie avait annoncé l’année suivante avoir ajouté 13,5 milliards de mètres cubes.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s