Incendies en Gironde: 6.000 personnes autorisées à rentrer chez elles

Un pompier près de son camion à Saint-Michel-de-Rieufret, en Gironde, le 20 juillet 2022.Un pompier près de son camion à Saint-Michel-de-Rieufret, en Gironde, le 20 juillet 2022.afp.com - PHILIPPE LOPEZ

Quelque 6.000 personnes ont été autorisées à rentrer chez elles jeudi soir alors que les pompiers continuaient de traiter les reprises des deux feux en voie d’être fixés, qui ont ravagé 20.800 hectares de forêt en Gironde, ont annoncé les autorités.

Depuis 17H, 3.500 habitants d’une partie du quartier du Pyla-sur-Mer, résidant au nord de la départementale 218, ont été autorisés les premiers à regagner leurs habitations.

En fin de journée, 2.500 habitants d’une partie des communes de Cabanac et Villagrains, de Budos et Saint-Magne, pouvaient à leur tour rouvrir leurs volets.

« Les autorités continuent d’étudier secteur par secteur ces possibilités de réintégration en fonction de l’évolution de la situation », assure la préfecture dans un communiqué.

Depuis le début des incendies il y a 10 jours, 36.750 habitants et vacanciers avaient été obligés de plier bagage en urgence de manière préventive.

Sur les deux fronts, le feu « ne progresse plus » et « reste contenu » mais « des foyers restent actifs notamment dans la forêt usagère » de la Teste-de-Buch et « sur 15km de lisières sur la zone sud-ouest » du brasier de Landiras.

« C’est moins spectaculaire mais les feux ne sont pas fixés, ni éteints », a déclaré la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio lors d’un point presse dans l’après-midi.

« Pour réintégrer les populations, il nous faut encore un peu de patience, quelques jours au moins », a-t-elle prévenu.

Si la météo reste « favorable » pour la nuit, la journée de vendredi sera marquée par un « changement de sens du vent, qui se renforce avec une petite hausse des températures », souligne de son côté le Sdis 33 qui n’avait pas jeudi « la certitude qu’une reprise importante ne fera pas redémarrer l’incendie ».

Les soldats du feu et les forestiers ont poursuivi jeudi leur travail de « protection des points sensibles », notamment grâce à la création et consolidation de pare-feux – longues bandes de terre rase ne laissant entrevoir que le sable – et au traitement des lisières par des équipes au sol et des moyens aériens.

Sur le passage du brasier subsistent encore des « fumerons », des points chauds incandescents qui fument et qui peuvent provoquer des reprises de feu s’ils ne sont pas refroidis.

En fin de journée, 1.800 sapeurs-pompiers étaient toujours mobilisés, appuyés par 4 Canadair, dont le nombre en rotation a diminué ces dernières heures, 2 Dash et un hélicoptère bombardier d’eau PUMA de la Sécurité civile.

Les équipes venues en renfort des quatre coins de la France « réintègrent progressivement » leurs casernes, poursuit la préfecture.

Les concentrations en particules en suspension restant « très élevées » en Gironde, elle recommande par ailleurs de réduire « de 20 km/h » les vitesses maximales autorisées sur certains axes routiers du département.

De son côté, l’Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine a préconise de « limiter le temps passé » ainsi que « les activités physiques intenses en extérieur » et de « surveiller de près les personnes à risques » dans les zones les plus éloignées où parviennent les fumées des feux de forêt.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s