Un forcené abattu par le GIGN après avoir tué cinq membres de sa famille

Des gendarmes bloquent une route menant à la maison où un homme a tué cinq personnes avant d'être abattu par le GIGN, le 20 juillet 2022 à Douvres, dans l'AinDes gendarmes bloquent une route menant à la maison où un homme a tué cinq personnes avant d'être abattu par le GIGN, le 20 juillet 2022 à Douvres, dans l'Ain afp.com - Jean-Philippe KSIAZEK

Un homme d’une vingtaine d’années a été abattu par le GIGN mercredi après avoir tué cinq membres de sa famille recomposée dans une maison de Douvres (Ain), où il était retranché depuis mardi soir.

Le suspect était armé d’un fusil et d’un katana (sabre japonais) quand les gendarmes, présents sur place depuis mardi soir, sont intervenus avec le renfort du GIGN, a précisé une source proche du dossier à l’AFP.

« Les négociateurs ont esssayé de rentrer en contact avec lui toute la nuit, en vain, et l’assaut a été donné dans la matinée », a déclaré cette source.

Cinq personnes, membres d’une famille recomposée dont l’auteur des faits faisait partie, ont été retrouvées mortes dans la maison. Le détail des liens familiaux n’est pas encore établi avec certitude.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Bourg-en-Bresse n’a pas souhaité s’exprimer sur l’affaire à ce stade. Il devrait publier un communiqué de presse en fin d’après-midi.

– 22 ans –

Selon Christian Limousin, maire de Douvres, petite commune voisine d’Ambérieu-en-Bugey, cette famille résidait dans la maison depuis juillet 2020 et « commençait à s’investir dans le village ».

Une connaissance de la famille a indiqué sur place que l’auteur de la tuerie avait 22 ans et travaillait dans une enseigne de restauration rapide dans une ville voisine.

« Ce matin à 8h30, les gendarmes m’ont demandé de ne pas ouvrir mon bar », a raconté à l’AFP Tania, trentenaire qui tient le café du village depuis mars. « La mère d’une des victimes m’a appelée pour me dire qu’elle n’arrivait pas à joindre sa fille depuis hier », a ajouté la commerçante.

Un large périmètre de sécurité a été dressé autour du centre de ce village d’un millier d’habitants, dont les principaux accès ont été bouclés.

Une centaine de gendarmes, dont des envoyés du groupement de l’Ain, de l’antenne du GIGN, et des techniciens d’investigation criminelle étaient sur les lieux.

Ce drame constitue l’une des tueries familiales les plus meurtrières en France ces dernières années. En octobre 2020, un père avait tué sa femme, ses deux enfants et deux neveux à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s