Pouvoir d’achat: à l’Assemblée, une course contre la montre au ralenti  

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire à l'Elysée le 18 juillet 2022Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire à l'Elysée le 18 juillet 2022 afp.com - Ludovic MARIN

Des oppositions défendant pied à pied leurs amendements, des débats qui s’éternisent, mais aussi des négociations en coulisses: le projet de loi sur le pouvoir d’achat peine à avancer à l’Assemblée nationale et met à l’épreuve la majorité.

Mercredi au troisième jour, 390 amendements restaient à examiner sur ce texte prévoyant la revalorisation anticipée de 4% des pensions de retraite et des prestations sociales, ainsi que des mesures afin d’assurer l’approvisionnement énergétique du pays – sujet promettant de vives discussions avec la gauche.

Terminer les débats jeudi, comme prévu initialement, relève de la gageure. Les députés doivent enchaîner avec le projet de budget rectificatif pour 2022 qui doit assurer le financement et compléter l’arsenal face à l’inflation.

« La bataille sera encore plus acharnée, car il y a là les grands choix budgétaires », pronostique-t-on au groupe PS.

L’Assemblée siègera pour cela jusqu’à samedi soir, voire dimanche, anticipent plusieurs élus, afin d’achever cette première lecture du paquet pouvoir d’achat, et de passer la balle au Sénat, en vue d’une adoption définitive au 7 août.

« On doit se tenir à ce calendrier » pour ces « lois d’urgence », presse la cheffe de file des députés LREM Aurore Bergé, qui a déploré sur France Inter des débats jusqu’alors « lents » et « souvent caricaturaux ».

Elle fait référence aux votes contre ou à l’abstention de l’alliance de gauche Nupes sur la poursuite de la « prime Macron » ainsi que sur la simplification de l’intéressement en entreprise. Ces élus y voient un « subterfuge offert aux patrons » pour éviter des hausses de salaires.

Aucun amendement de fond n’a été adopté jusqu’alors. Si les échanges traînent en longueur, ce n’est pas tellement en raison de la majorité relative des macronistes, mais car « le début de législature est propice à ce que chacun veuille s’exprimer et marquer ses positions », relève une responsable de la majorité. « Ca se tarira avec le temps », veut-elle croire.

De nouveaux vice-présidents de l’Assemblée dirigent également les débats, et hésitent à les corseter. Les LREM, MoDem et Horizons ont ainsi regardé passer les « scuds » entre LFI et RN qui se disputent la figure de premier opposant.

– à l' »écoute » de LR –

Avantage de la situation: en parallèle, les discussions vont bon train en coulisses. D’abord avec les LR, dont les voix sont précieuses à l’Assemblée comme au Sénat, et qui pourraient permettre à la majorité de ne pas avoir le seul appoint des députés RN.

Un accord est ainsi en vue entre l’exécutif et les députés de droite sur le sujet clé du carburant (dans le budget rectificatif), afin d’augmenter légèrement la ristourne actuelle de 18 centimes le litre, mais en renonçant à l’indemnité carburant pour les travailleurs modestes et les gros rouleurs.

« Je me suis entretenue avec la Première ministre qui a fait preuve d’écoute, qui a besoin que ce (budget rectificatif) soit adopté » et « j’ai bon espoir qu’on arrive à s’entendre », a indiqué le patron des députés LR à Franceinfo.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a aussi assuré que les propositions LR « sur les heures supplémentaires et sur le possible rachat des RTT » étaient « bienvenues ».

La gauche Nupes dénonce de son côté l’absence de « compromis » autour de ses propositions. Avec une série de réactions indignées mardi soir quand la députée LREM Christine Le Nabour a lancé à l’écologiste Sandra Regol: « Nous n’avons jamais dit que nous voulions faire des compromis avec vous ».

Les macronistes affirment pourtant faire preuve d’ouverture, avec des amendements PS adoptés en commission sur le volet énergétique. Et ils vantent le « rassemblement » des forces politiques autour de la mesure de déconjugalisation de l’allocation adultes handicapés (AAH), sans tenir compte des revenus du conjoint – mesure refusée sous la précédente législature.

Pas de concorde en revanche sur la taxation des superprofits des grands groupes, idée poussée par la gauche, le RN et même LR et une douzaine de LREM. « Il vaut mieux tout de suite payer son essence moins chère pour partir en vacances » plutôt que « d’espérer le produit d’une taxe dans un an, dans deux ans », répond Aurore Bergé.

Le 14 juillet, Emmanuel Macron avait dit « oui » à une contribution mais « pas dans la démagogie ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s