L’opposant russe Pivovarov condamné à quatre ans de prison ferme

Le militant Andreï Pivovarov, le 1er juillet 2020 à MoscouLe militant Andreï Pivovarov, le 1er juillet 2020 à Moscou afp.com - Kirill KUDRYAVTSEV

L’opposant russe Andreï Pivovarov a été condamné vendredi à quatre ans de prison ferme, plus d’un an après son arrestation, un rouleau compresseur judiciaire emportant ces dernières semaines les toutes dernières figures de l’opposition russe.

M. Pivovarov a été condamné, sur la base de publications Facebook, pour avoir milité en faveur d’une organisation interdite.

« Andreï Pivovarov a été condamné à quatre ans dans une colonie pénitentiaire avec interdiction d’activités socio-politiques pour une période de huit ans », a écrit son équipe sur le compte Twitter à son nom.

S’exprimant de sa cage métallique devant le tribunal, M. Pivovarov a répété que le changement en Russie viendrait, tôt ou tard.

« Et même si maintenant ceux qui défendent l’avenir sont piétinés et emprisonnés, je sais que le progrès ne peut être arrêté, des changements pour le mieux sont inévitables et ils ne sont pas loin », a-t-il déclaré.

« On va s’en sortir ! », a-t-il lancé, affirmant que sa condamnation avait un caractère politique. Son avocat Sergueï Badamchine a déclaré qu’ils feraient appel.

– « Verdict honteux » –

« Les poursuites injustes et la peine de prison cruelle infligée à Pivovarov font partie d’une campagne des autorités russes visant à utiliser le code pénal contre quiconque ose exercer son droit à la liberté d’expression », a réagi Marie Struthers, la directrice d’Amnesty International pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale.

« Le verdict d’aujourd’hui et l’article criminel dont il découle sont honteux », a-t-elle ajouté.

Le 31 mai 2021, les forces de l’ordre avaient extirpé M. Pivovarov d’un avion prêt à décoller de Saint-Pétersbourg pour Varsovie.

Quelques jours plus tôt, il avait annoncé l’auto-dissolution de son organisation Otkritaïa Rossia (Russie ouverte), liée à l’ex-oligarque et opposant exilé Mikhaïl Khodorkovski, qui avait lui-même passé des années en prison en Russie.

M. Pivovarov avait annoncé dissoudre son mouvement car il s’attendait à ce qu’il soit classé « indésirable », ce qui exposait ses militants, ses membres et ses employés à des poursuites judiciaires.

Après son arrestation, il avait été transféré en prison dans le sud-ouest de la Russie, à Krasnodar, où il a été jugé.

– « Candidat menotté » –

De sa cellule, il a fait campagne aux législatives de septembre 2021, avec le slogan « plus fort que la peur », son équipe le présentant comme le « candidat menotté ».

Son arrestation était intervenue en pleine vague de répression contre les organisations d’opposition à l’approche de ces élections. Peu après son incarcération, toutes les structures de l’opposant numéro 1 au Kremlin, Alexeï Navalny, avaient été interdites pour extrémisme.

M. Navalny était déjà en prison et nombre de ses cadres ont par la suite fait le choix de l’exil face à la multiplication des actions en justice contre eux.

Cette répression s’est encore accentuée depuis le 24 février, lorsque la Russie de Vladimir Poutine a déclenché son offensive contre l’Ukraine.

Rapidement, de lourdes peines de prison ont été instaurées pour toute critique à l’égard de l’armée russe. Dans la foulée, des opposants de renom et de simples citoyens ont été arrêtés et incarcérés pour avoir dénoncé l’assaut de la Russie contre son voisin ou des exactions des forces russes.

Les opposants Ilia Iachine et Vladimir Kara-Mourza mais aussi de simples citoyens ont déjà été incarcérés pour de tels motifs dans l’attente de leur procès.

Un élu municipal moscovite, Alexeï Gorinov, a quant à lui été condamné à sept ans de prison la semaine dernière pour avoir dénoncé l’offensive contre l’Ukraine.

Les plus grands réseaux sociaux et une kyrielle de médias russes et étrangers ont également été bloqués en Russie.

Vendredi encore, les autorités russes ont classé « indésirables » les sites internet d’investigation Bellingcat et The Insider, jugeant qu’ils représentaient « une menace pour l’ordre constitutionnel et la sécurité de la Fédération de Russie ».

Ces sites avaient publié des enquêtes accusant des agents russes, qu’ils identifiaient, de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny en août 2020. Ce dernier avait échappé à la mort puis été arrêté dès son retour début 2021 de convalescence d’Allemagne.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s