Côte d’Ivoire: des retrouvailles «constructives» pour le trio Bédié-Gbagbo-Ouattara


Henri Konan Bédié (à gauche) et Laurent Gbagbo (à droite) entoure Alassane Ouattara lors d'une déclaration à la presse, après leurs retrouvailles, le 14 juillet 2022. AFP - ISSOUF SANOGO

Le président Alassane Ouattara a reçu ce jeudi 14 juillet ses deux prédécesseurs Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. Les ténors indétrônables de la scène politique ivoirienne se sont entretenus pour la première fois depuis douze ans. Cette réunion intervient dans le cadre du dialogue politique, à un moment d’apaisement.

Au sortir de leur réunion d’environ 1h30, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié se sont contentés d’une déclaration commune très succincte que Laurent Gbagbo, le cadet du trio, s’est permis de lire. Il a fait mention d’un échange « constructif », « dans la vérité », qui permettrait « la décrispation du climat socio-politique » en Côte d’Ivoire.

Les deux anciens chefs d’État ont remercié leur successeur pour « son accueil fraternel » : « La rencontre de ce jour a été une rencontre de retrouvailles pour renouer le contact et échanger dans la vérité. Le président de la République et ses deux prédécesseurs ont exprimé leur volonté de faire de cette première rencontre un levain de la décrispation du climat socio-politique national », a déclaré Laurent Gbagbo.

Le président Alassane Ouattara a pris la suite, en plaidant pour que cette « réunion extraordinaire » devienne désormais ordinaire et régulière : « Je leur ferai appel pour recueillir leur avis et leur recommandation. Je trouve que ce serait une très bonne chose pour la nation d’écouter mes prédécesseurs, leur connaissance du pays, leur expérience. Evidemment aussi le poids politique qu’ils représentent. »

Ces retrouvailles étaient attendues depuis le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, il y a un peu plus d’un an. Elles s’inscrivent dans les recommandations du dialogue politique qui s’est achevé en mars dernier. Cette rencontre relève du symbole, c’est-à-dire mettre la balle à terre et discuter pour la paix et la réconciliation. Ces dernières semaines, il y a eu des signes d’apaisement. D’abord, les partis de Gbagbo et de Bédié ont soutenu l’élection d’Adama Bictogo, une figue du camp présidentiel, à la présidence de l’Assemblée nationale. Ensuite, Charles Blé Goudé, l’ancien ministre de Laurent Gbagbo toujours à La Haye, a enfin reçu son passeport il y a un mois après un an d’attente.

On se doute que des discussions ont lieu concernant les prochaines élections régionales et municipales de l’an prochain pour avoir un climat apaisé. On peut aussi supposer qu’ils ont échangé sur les exigences de Laurent Gbagbo et d’Henri Konan Bédié sur la libération des prisonniers politiques, la réforme de la Commission électorale indépendante et de la carte électorale.

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s