Semi-conducteurs: un projet à 5,7 milliards d’euros dope le sommet « Choose France »

Le président français Emmanuel Macron lors d'une conférence vidéo à l'Elysée, à Paris, pour l'ouverture du précédent sommet "Choose France", le 25 janvier 2021Le président français Emmanuel Macron lors d'une conférence vidéo à l'Elysée, à Paris, pour l'ouverture du précédent sommet "Choose France", le 25 janvier 2021 afp.com - Ludovic MARIN

Le président Emmanuel Macron accueille lundi au château de Versailles 180 patrons étrangers pour un cinquième sommet « Choose France », avec pour annonce phare un investissement de 5,7 milliards d’euros dans une nouvelle usine de semi-conducteurs, près de Grenoble.

« C’est le plus grand investissement industriel des dernières décennies hors nucléaire et un grand pas pour notre souveraineté industrielle: c’est 1.000 emplois à la clé », a commenté le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, sur Twitter.

Les projets d’investissements industriels, qui seront présentés lundi après-midi à Versailles (6,7 milliards d’euros d’investissements, « plus de 4.000 emplois créés »), tombent à point nommé pour le gouvernement, pressé par l’inflation qui pèse sur le pouvoir d’achat.

La future usine de semi-conducteurs bénéficiera d’un « soutien financier important de l’Etat français », ont précisé le groupe franco-italien STMicroelectronics et l’américain GlobalFoundries.

Elle s’inscrit dans le cadre du « Chips Act », le programme de l’Union européenne pour retrouver une place aux côtés de l’Asie et de l’Amérique dans la production mondiale de semi-conducteurs. Marquée par la pénurie de ces précieux composants, à la suite de la crise du Covid-19, l’Europe veut remonter sa part à 20% de la production mondiale, contre moins de 10% aujourd’hui.

Les semi-conducteurs produits à Crolles, près de Grenoble, serviront notamment des marchés finaux « tels que l’automobile, l’industriel, l’internet des objets et les infrastructures de communication ».

Les premières productions devraient être lancées à partir de la fin 2023, avec une montée en charge progressive jusqu’à 2025/2026, selon l’Elysée. La production sera pour environ 58% destinée à GlobalFoundries, le reste étant pour STMicroelectronics, ont indiqué les deux entreprises.

M. Macron se rendra mardi sur place pour présenter ce projet d’usine, qui sera à terme « le plus important site de production de puces français et l’un des plus importants d’Europe ».

Ces annonces surviennent dans un climat tendu, après des révélations dimanche soir par le journal Le Monde des liens qui ont uni Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie (2014-2016), et la société Uber. S’appuyant sur différents témoignages et documents, ces « Uber Files » concluent à l’existence d’un « deal » secret, visant à aider la plateforme à consolider ses positions en France, ce qu’ont vivement dénoncé des élus de gauche.

– Attractivité –

Pour l’Elysée, la participation record de patrons étrangers à « Choose France » – ils étaient 120 à 130 lors des précédentes éditions – montre un « très fort intérêt des patrons étrangers, suite à la réélection du président ».

Malgré la perte de la majorité absolue par le gouvernement, « il n’y a pas d’inquiétude des grands patrons » sur la poursuite d’un programme favorable aux investissements industriels en France, assure l’entourage du chef de l’Etat.

Les dirigeants de Coca-Cola, Disney, Siemens, Merck Allemagne, des banques américaines Citi, JP Morgan, Morgan Stanley, du conglomérat chinois Fosun ou du groupe australien de services financiers Macquarie se retrouveront sous les ors de Versailles.

M. Macron rencontrera aussi les « grands fonds souverains », comme ceux des Emirats, d’Arabie saoudite, du Koweït, du Qatar et de Corée, ainsi que des fonds canadiens.

Parmi les autres projets annoncés dans le cadre de « Choose France », le spécialiste des colis express FedEx va créer 1.000 emplois permanents à Roissy (Val-d’Oise). L’espagnol Amadeus (gestion de réservations touristiques) 800 emplois, notamment à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), le cabinet de conseil Accenture 500 en Bretagne et le vietnamien Vinfast (automobile) 350 à 400 dans des showrooms et ateliers, selon l’Elysée.

Le géant britannique du médicament GlaxoSmithKline (GSK) va investir dans des essais cliniques, l’américain Collins Aerospace (avionique, systèmes d’information – groupe Raytheon) dans la recherche-développement et l’allemand Vorwerk se doter d’une deuxième usine Thermomix, en Eure-et-Loir.

Le groupe néerlandais de travail temporaire Randstad va recruter par ailleurs 7.000 collaborateurs en CDI intérimaire d’ici la fin 2022.

La France s’enorgueillit d’être le pays le plus attractif en Europe pour les investisseurs étrangers par le nombre de projets – 1.222 en 2021 -, leur taille étant en revanche généralement plus petite, selon le baromètre du cabinet EY.

Près de 80 projets d’investissements, représentant 12 milliards d’euros et 21.000 emplois, ont été annoncés dans le cadre des sommets « Choose France » depuis 2018: 25 ont été réalisés, 50 sont en cours et cinq ont été abandonnés ou reportés.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s