Espagne: trois personnes encornées par des taureaux lors des fêtes de la San Fermin

Un participant de la San Fermin est encorné à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, le 11 juillet 2022Un participant de la San Fermin est encorné à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, le 11 juillet 2022 afp.com - ANDER GILLENEA

Un Américain et deux Espagnols ont été encornés lundi durant l’un des célèbres lâchers de taureaux des fêtes de la San Fermin à Pampelune (nord de l’Espagne) qui font chaque année des dizaines de blessés.

Durant ces festivités, des centaines de coureurs téméraires, portant une chemise ou un t-shirt blanc et un foulard rouge, tentent chaque matin à 08H00 (06H00 GMT) de s’approcher le plus près possible de six taureaux de combat lors d’une course de 850 mètres dans les étroites rues pavées de la ville.

Ces courses s’achèvent dans les arènes où ces taureaux sont mis à mort lors de corridas plus tard dans la journée.

Lors de la course de lundi, qui a duré trois minutes et douze secondes, les six taureaux se sont scindés en plusieurs groupes, rendant leur trajectoire imprévisible et augmentant le danger pour les coureurs.

Selon les images de la télévision, qui retransmet ces courses en direct, un des coureurs a été projeté dans les airs plusieurs fois par l’un des taureaux.

Un Espagnol de 29 ans a été encorné sur le parcours au niveau du genou tandis qu’un autre Espagnol de 29 ans et un Américain de 25 ans ont été encornés dans les arènes, respectivement au niveau de l’aine et de la jambe, ont indiqué les autorités régionales dans un communiqué, en évoquant des blessures légères.

Trois autres participants ont dû être transférés à l’hôpital pour d’autres types de blessures.

Immortalisées en 1926 par Ernest Hemingway dans son roman « Le soleil se lève aussi » (« The Sun Also Rises »), les fêtes de la San Fermin attirent des touristes venus du monde entier.

Les deux dernières éditions avaient dû être annulées en raison de la pandémie de Covid-19, ce qui n’était pas arrivé depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939).

Les lâchers de taureaux (« encierros ») font chaque année des dizaines de blessés et parfois des morts.

Depuis 1911, début de la compilation des données, au moins 16 coureurs sont morts.

Le dernier décès remonte à 2009 lorsqu’un taureau avait encorné un jeune Espagnol de 27 ans, dont les parents ont déposé dimanche un bouquet de fleurs en son hommage sur le parcours, lors du treizième anniversaire de sa mort.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s