Boris Johnson se résout à quitter le pouvoir

Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonçant sa démission le 7 juillet 2022 à LondresLe Premier ministre britannique Boris Johnson annonçant sa démission le 7 juillet 2022 à Londres  afp.com - JUSTIN TALLIS

Usé par les scandales, affaibli par une série de démissions sans précédent, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est finalement résolu jeudi à quitter le pouvoir, en annonçant sa démission en tant que chef du parti conservateur.

« C’est clairement la volonté du parti conservateur qu’il y ait un nouveau leader et donc un nouveau Premier ministre », a-t-il déclaré lors d’une allocution de six minutes devant Downing Street, se disant « triste » de quitter « le meilleur travail au monde ».

Mais s’il a démissionné, M. Johnson a affirmé qu’il resterait Premier ministre jusqu’à ce que son successeur soit désigné, le calendrier pour l’élection d’un nouveau leader conservateur devant être précisé la semaine prochaine.

Après trois années au pouvoir, marquées par le Brexit, la pandémie, l’invasion russe en Ukraine et une inflation record, Boris Johnson a été poussé vers la sortie par son propre camp conservateur lassé des scandales, après une soixantaine de démissions en cascade depuis mardi.

Reconnaissant son échec, M. Jonhson a néanmoins jugé « dingue » que son gouvernement ait voulu se débarrasser de lui.

Mais des voix se font déjà entendre pour qu’il quitte Downing Street sans attendre la désignation d’un nouveau dirigeant.

Une majorité des Britanniques (56%) partagent cette opinion selon un sondage YouGov.

« Pour le bien-être du pays, M. Johnson ne doit pas rester à Downing Street (…) plus longtemps que nécessaire », a écrit John Major, Premier ministre conservateur de 1990 à 1997.

« Nous n’avons pas besoin d’un changement à la tête des Tories. Nous avons besoin d’un vrai changement de gouvernement », avait peu avant fait valoir le chef de l’opposition Keir Starmer.

Personne ne peut « regarder Boris Johnson et conclure qu’il est capable de se comporter en Premier ministre intérimaire », a affirmé la leader des indépendantistes écossais Nicola Sturgeon. Il « va inévitablement causer encore plus de chaos ».

Le départ de M. Johnson est « une opportunité pour revenir à l’esprit véritable du partenariat et du respect mutuel dont nous avons besoin », a de son côté estimé le Premier ministre irlandais Micheal Martin au moment où les relations entre Dublin et Londres sont tendues au sujet de l’Irlande du Nord.

De son côté, la présidence ukrainienne a remercié Boris Johnson pour son soutien « dans les moments les plus difficiles ». Le chef de l’Etat Volodymyr Zelensky l’a appelé au téléphone pour lui dire sa « tristesse ».

– « Il était temps ! » –

D’une popularité jadis inoxydable, Boris Johnson avait sombré dans les enquêtes d’opinion et 77% des Britanniques ont estimé jeudi qu’il avait eu raison de démissionner (sondage YouGov).

Le mois dernier, il avait échappé à un vote de défiance, 40% des députés conservateurs refusant cependant de lui accorder leur confiance.

« Il était temps ! Sérieusement, avait-on déjà vu quelqu’un de si arrogant, ignorant, délirant », a estimé Helen Dewdney, 53 ans, employée interrogée par l’AFP à Londres.

« Voilà ce qui se passe quand vous avez un Premier ministre qui n’a aucun scrupule », a réagi Cletus Morraies, 51 ans. « Mensonges après mensonges (…) pour moi, il a trahi le pays ».

Les démissions et les appels au départ s’étaient poursuivis jusqu’à son annonce jeudi, alors que Downing Street annonçait une série de nominations pour remplacer les ministres et secrétaires d’Etat démissionnaires.

Mercredi soir encore, plusieurs ministres s’étaient rendus à Downing Street pour essayer, en vain, de convaincre Boris Johnson qu’ayant perdu la confiance du parti conservateur, il devait démissionner.

– « Bye Boris » –

Mais le Premier ministre de 58 ans s’était accroché, en affirmant qu’il avait un « mandat colossal » à accomplir. Il était même allé jusqu’à limoger par téléphone mercredi soir le ministre qui avait été le premier à lui conseiller de démissionner, Michael Gove.

Le mécontentement couvait depuis des mois, nourri notamment par le scandale des fêtes illégales à Downing Street pendant le confinement anti-Covid, alors que les Britanniques devaient respecter des règles très strictes.

Boris Johnson, connu pour ne pas être à un mensonge près, avait varié dans ses explications, provoquant frustration puis colère des élus conservateurs, dans un pays confronté à une inflation record de 9% et à des mouvements sociaux.

La démission mardi soir du ministre des Finances Rishi Sunak, et du ministre de la Santé Sajid Javid, avait sonné l’hallali pour le Premier ministre, après un énième scandale sexuel impliquant le « whip » adjoint chargé de la discipline des députés conservateurs, que M. Johnson avait nommé en février, « oubliant » des accusations passées de même type.

Un sondage YouGov auprès des membres du parti conservateur donne le ministre de la Défense Ben Wallace favori pour lui succéder.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s