Londres confirme l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, WikiLeaks compte faire appel

Julian Assange à Londres, 27 février 2012.Julian Assange à Londres, 27 février 2012. ©AP Photo/Kirsty Wigglesworth

Le gouvernement britannique confirme l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les États-Unis, qui veulent le juger pour espionnage, après des années de bras de fer judiciaire. WikiLeaks a indiqué vouloir faire appel de la décision.

Le gouvernement britannique a confirmé ce vendredi 17 juin 2022 l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange aux États-Unis, où il est poursuivi pour une fuite massive de documents confidentiels.

Il risque 175 ans de prison

« En vertu de la loi de 2003 sur l’extradition, la ministre d’État doit signer une ordonnance d’extradition s’il n’y a aucun motif d’interdire l’ordonnance », a déclaré un porte-parole du ministère de l’Intérieur, confirmant que la ministre Priti Pratel a signé le décret d’extradition de l’Australien de 50 ans, après des années de bras de fer judiciaire.

Julian Assange est réclamé par la justice américaine qui veut le juger, notamment en vertu d’une législation contre l’espionnage, pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Il risque 175 ans de prison.

Un « jour sombre pour la liberté de la presse »

L’affaire est dénoncée par des organisations de défense des droits humains comme une grave attaque contre la liberté de la presse.

« C’est un jour sombre pour la liberté de la presse et la démocratie britannique », a réagi WikiLeaks dans un communiqué publié sur Twitter, annonçant leur intention de faire appel de la décision.

L’Australien de 50 ans peut faire appel dans un délai de 14 jours.

Un « jour sombre pour la liberté de la presse »

L’affaire est dénoncée par des organisations de défense des droits humains comme une grave attaque contre la liberté de la presse.

« C’est un jour sombre pour la liberté de la presse et la démocratie britannique », a réagi WikiLeaks dans un communiqué publié sur Twitter, annonçant leur intention de faire appel de la décision.

L’Australien de 50 ans peut faire appel dans un délai de 14 jours

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s