La marine ukrainienne affirme avoir touché un remorqueur russe transportant des armes en mer Noire

                
Le remorqueur Spasatel Vasily Bekh en 2016. KCHF.RU

Un petit remorqueur russe, le Spasatel Vasily Bekh, aurait été touché par deux missiles anti-navires en mer Noire, selon l’Armée ukrainienne.

La guerre en Ukraine se joue aussi sur les eaux de la mer Noire. L’armée ukrainienne a annoncé vendredi 17 juin sur Twitter qu’elle avait détruit et coulé un petit remorqueur russe, le Spasatel Vasily Bekh, touché par deux missiles anti-navires.

Le bâtiment de soutien transportait «des munitions, des armes et du personnel vers l’Île aux Serpents» au large d’Odessa, que les Russes contrôlent depuis le premier jour de l’invasion, le 24 février, a précisé le compte de la marine ukrainienne, mentionnant notamment la présence à bord d’un des systèmes anti-aériens russes à courte portée les plus modernes, le Tor-M2KM.

Kiev a publié une vidéo qu’elle présente comme le moment de la destruction du navire, filmé par un drone Bayrakhtar TB2 de fabrication turque. Si les images paraissent crédibles, elles n’ont pas pu être authentifiées à ce stade par une autre source que les autorités ukrainiennes. Plusieurs fois depuis le début du conflit, ces dernières ont annoncé à tort qu’elles avaient coulé des bâtiments russes, notamment le patrouilleur Vasily Bykov ou la frégate Admiral Makarov. Mais, dans les deux cas, aucune vidéo n’avait été publiée à l’appui.

Des missiles ukrainiens, mais aussi américains

«Le Moskva ne restera pas seul», a ironisé l’armée ukrainienne sur Twitter. Une référence à la destruction – là aussi probablement par deux missiles ukrainiens – du croiseur russe, navire amiral de la flotte de la mer Noire, le 14 avril dernier. Si cette nouvelle destruction se confirme, elle n’aurait évidemment pas la même portée, le Spasatel Vasily Bekh étant un simple petit remorqueur de 1600 tonnes, mis en service en 2017.

Elle illustrerait toutefois la menace que représentent pour la Russie les missiles anti-navires ukrainiens. En la matière, Kiev dispose de ses propres missiles – les Neptune, mis en service en 2019 -, mais aussi de missiles américains Harpoon, dont la livraison par un pays européen a été officialisée par Washington début juin. Rien n’indique, à ce stade, si le remorqueur a été touché par l’un ou l’autre.

Ces armes, qui ont une portée maximale de 300 km, couvrent une part importante du nord de la mer Noire. Elles menacent particulièrement la présence russe sur l’île aux Serpents, territoire de seulement 17 hectares, mais stratégiquement situé à une cinquantaine de kilomètres de la côte ukrainienne, au sud-ouest du grand port d’Odessa.

Depuis plusieurs semaines, Moscou y renforce sa défense, notamment en matière de lutte anti-aérienne, après une tentative aéroportée ratée de l’Armée ukrainienne, mi-mai, pour reprendre l’île. Mais les flux logistiques russes vers l’île, entretenus par la flotte russe de soutien, sont particulièrement vulnérables, ce qui est illustré par la destruction partielle ou totale de cinq vedettes rapides Raptor et d’un petit navire de débarquement Serna depuis le début du mois de mai. La perte du Spasatel Vasily Bekh le confirmerait encore.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s