Dans l’est de l’Ukraine, des religieuses survivent sous les bombes


La communauté religieuse orthodoxe d'Adamivka, le 16 juin 2022 dans l'est de l'Ukraine afp.com - Bagus SARAGIH

« Ici vous pouvez voir un cratère de missile Grad », montre une religieuse en robe noire, en désignant un grand cratère au milieu du jardin de sa communauté religieuse orthodoxe, qui vit à deux pas de la ligne de front, dans l’est de l’Ukraine.

Dans un autre coin du jardin, ce sont les dommages causés par une bombe à fragmentation que pointe du doigt soeur Anastasia.

Sous bombardement quasi-constant des forces russes, avec son groupe de religieuses orthodoxes et de pèlerins, elle vit dans son village d’Adamivka, non loin de Sloviansk, dans le Donbass.

« Nous sommes tous en vie. Personne n’est parti. C’est notre maison… Nous n’avons nulle part d’autre où aller », dit-elle posément, son visage encadré par un voile noir, alors que les bombardements grondent au loin.

« Nous sommes quelques religieuses, il y a aussi des pèlerins. En tout, nous sommes 60 personnes » à vivre dans cette communauté.

Les murs blancs du bâtiment de la congrégation religieuse sont émaillés d’éclats d’obus. Et juste devant le bâtiment, un grand cratère creuse une pelouse.

Les visites à la communauté religieuse du village d’Adamivka se font sur autorisation de l’armée ukrainienne, qui contrôle la zone.

On aperçoit des champs au delà desquels se trouvent les forces russes, échangeant des tirs d’artillerie avec l’armée ukrainienne.

– Electricité coupée depuis des mois –

Les religieuses ont de l’eau et des vivres, mais l’électricité est coupée dans le bâtiment de la communauté depuis des mois.

« Nous avons confiance dans la volonté de Dieu, dans l’aide de Dieu, dans l’aide de tous les saints et de la Vierge Marie », énumère soeur Anastasia.

Les affrontements se multiplient sur ce front nord de Sloviansk, sans atteindre jusqu’ici l’intensité des combats dans les régions voisins de Severodonetsk et Lyssytchansk. Les Russes « sont à la recherche des faiblesses » de la défense ukrainienne dans ce secteur, selon Kiev.

La maîtrise de Sloviansk a une dimension symbolique: la ville avait été prise par les séparatistes pro-russes en 2014 avant d’être reconquise par les forces de Kiev quelques mois plus tard au terme d’un long siège.

La communauté d’Adamivka est consacrée à un natif du village, Saint Jean de Shanghaï et de San Francisco, éminent représentant de l’Eglise orthodoxe hors de Russie, établie par des croyants rejetant la main-mise du KBG sur l’Eglise orthodoxe du temps de l’URSS.

Elle a depuis restauré des liens avec l’Eglise orthodoxe de Russie. Mais l’Eglise orthodoxe d’Ukraine a annoncé en mai rompre avec la Russie en raison de l’offensive, soutenue par le patriarche Kirill, chef des orthodoxes russes, fervent soutien du président Vladimir Poutine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Statue protégée avec des sacs de sable –

A Adamivka, une statue du saint dans la cour intérieure de la communauté a été entièrement recouvert de sacs de sable, pour le protéger des bombardements.

La statue « a été érigée l’année dernière pour les 125 ans de sa naissance et nous l’avons recouvert de sacs de sable pour qu’il ne souffre pas » des bombardements, explique soeur Anastasia.

La communauté religieuse d’Adamivka a des liens avec un site orthodoxe sacré, Sviatogirsk Lavra, où une église en bois a été incendiée en juin par des bombardements de l’armée russe. Celle-ci a depuis pris le contrôle de la zone.

Les religieuses ne sont pas les seules à être restées sur place. Parmi les civils restés se trouve Touliï, un chômeur de 42 ans qui vit dans le hameau voisin de Krestychtche avec sa femme et ses enfants, et surveille sans relâche les grondements des tirs d’artillerie.

« J’entends quelque chose qui vole, ça pourrait être un obus et nous devons nous cacher », dit-il, tenant à la main les oeufs frais ramassés dans son poulailler.

« Je ne compte plus, il ya sans cesse des explosions », témoigne-t-il, évoquant des tirs venant des deux côtés de la ligne de front, tant côté russe qu’ukrainien.

« Ici, je suis chez moi. Qui a besoin de moi ailleurs? », dit celui qui ne compte pas rejoindre les flots de réfugiés et de déplacés.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s