Fidji: notre plus grande menace est le « changement climatique » et « non un conflit »

Le ministre fidjien de la Défense, Inia Seruiratu, à Pékin le 11 juin 2019Le ministre fidjien de la Défense, Inia Seruiratu, à Pékin le 11 juin 2019 afp.com - WANG ZHAO

Le ministre de la Défense des îles Fidji a affirmé dimanche que le « changement climatique » constituait la plus grande menace pour son archipel et non « un conflit ».

Ce week-end, le forum de sécurité « Dialogue de Shangri-la » qui a réuni à Singapour les ministres de la Défense d’Asie et du monde entier a été dominé par les tensions entre les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan.

Il s’est tenu au moment où Pékin rivalise avec les puissances occidentales pour obtenir une influence sur les nations insulaires du Pacifique.

Le ministre fidjien de la Défense, Inia Seruiratu, a préféré évoquer la menace que représente le changement climatique pour son pays, régulièrement frappé par des cyclones.

« Les mitrailleuses, les avions de chasse, les navires… ne sont pas notre principale préoccupation en matière de sécurité », a-t-il déclaré aux centaines de délégués qui assistaient à cet événement.

« La plus grande menace pour notre existence même est (..) le changement climatique dévastateur causé par l’homme. Il menace nos espoirs et nos rêves de prospérité » a-t-il affirmé.

« Les vagues s’écrasent à nos portes, les vents frappent nos maisons, nous sommes assaillis par cet ennemi de tous les côtés », a poursuivi le ministre, exhortant les autres pays à soutenir les efforts des Fidji pour lutter contre le changement climatique.

En septembre, cet archipel du Pacifique a adopté une loi déclarant l’urgence climatique et mentionnant un cadre juridique pour la réponse que la nation entend y apporter.

– Cyclones plus puissants –

D’autres nations insulaires de cette région font également face aux menaces du changement climatique. Cela va des cyclones, qui deviennent plus réguliers et plus puissants, à la montée des eaux.

Avant la conférence internationale COP26 sur le climat de Glasgow, qui s’est tenue en novembre 2021, les nations du Pacifique, en première ligne pour subir les conséquences du réchauffement, avaient exhorté les pays riches et industrialisés à en faire plus.

Les Fidji font partie des dix pays du Pacifique qui, le mois dernier, ont rejeté la proposition de la Chine de conclure un vaste pacte de sécurité, craignant qu’elle ne soit destinée à les attirer dans l’orbite de Pékin.

L’échec de ce projet, qui aurait directement remis en cause l’influence des Etats-Unis et de leurs alliés dans cette région stratégiquement vitale, a constitué un revers politique de premier plan pour Pékin.

Alors qu’il a évité le sujet pendant son discours, M. Seruiratu a été interrogé à ce sujet lors de la séance de questions-réponses qui a suivi.

Il a affirmé que des personnes lui avaient demandé: « tout le monde vient aux Fidji et vous fait la cour, mais quand allez-vous vous marier ? ».

« Laissez-moi vous dire ceci. Le mariage, c’est (..) une relation durable. Les relations doivent être durables et fondées sur la confiance ».

Le ministre a également adopté un ton conciliant envers Pékin.

« La Chine est un partenaire de développement essentiel, c’est un fait connu. Et cela est également accepté dans la région », a-t-il déclaré.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s