Ukraine, la « bataille » de Severodonetsk est « l’une des plus difficiles », selon Zelensky

De la fumée au-dessus de Severodonetsk, lors de combats entre armées russe et ukrainienne, le 7 juin 2022 dans la région du DonbassDe la fumée au-dessus de Severodonetsk, lors de combats entre armées russe et ukrainienne, le 7 juin 2022 dans la région du Donbass afp.com - ARIS MESSINIS

Les soldats ukrainiens livrent à Severodonetsk l’une des « batailles les plus difficiles » depuis le début de la guerre pour résister aux forces russes qui contrôlent désormais une grande partie de cette ville stratégique de l’Est où, selon le président Volodymyr Zelensky, se joue « le sort » de la région du Donbass.

« Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l’ennemi. C’est une bataille très dure, très difficile, probablement une des plus difficiles de cette guerre », a affirmé le président ukrainien dans une vidéo diffusée mercredi soir.

Pour la Russie, mettre la main sur cette ville serait déterminant en vue d’une conquête de l’intégralité du vaste bassin houiller du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014.

« A bien des égards, le sort de notre Donbass se décide là », a estimé M. Zelensky.

Quelques heures plus tôt, Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, avait affirmé que les forces de Moscou « contrôlaient une grande partie de Severodonetsk ».

« La zone industrielle est encore à nous, il n’y a pas de Russes là-bas. Les combats se déroulent uniquement dans les rues à l’intérieur de la ville », avait-il annoncé.

La ville voisine de Lyssytchansk est entièrement contrôlée par l’armée ukrainienne mais subit des bombardements « puissants et chaotiques », a encore indiqué M. Gaïdaï, accusant les forces russes de viser « délibérément » les hôpitaux et les centres de distribution d’aide humanitaire. « Ils tirent avec du gros calibre, les destructions sont énormes », a-t-il ajouté.

– « Personne pour m’aider » –

Plus tôt dans la journée, M. Gaïdaï avait admis que les forces ukrainiennes devraient « peut-être se retirer » de Severodonetsk.

Les forces de Moscou n’ont progressé que lentement jusqu’ici, faisant dire aux analystes occidentaux que l’invasion russe lancée le 24 février avait tourné à la guerre d’usure, avec des avancées limitées obtenues au prix de destructions massives et de lourdes pertes.

Si beaucoup de civils ont évacué Severodonetsk et Lyssytchansk, plusieurs milliers y sont néanmoins restés –des personnes âgées, les gens s’occupant d’elles ou ceux n’ayant pas les moyens de partir ailleurs.

« Tous les jours, il y a des bombardements, tous les jours quelque chose brûle », témoigne Iouri Krassnikov, assis dans un quartier de Lyssytchansk aux nombreux immeubles endommagés et pavillons calcinés, alors que l’artillerie gronde non loin de là.

« Il n’y a personne pour m’aider », se lamente ce retraité qui se sent abandonné.

Face à la pression des troupes de Moscou, les Ukrainiens répètent avoir urgemment besoin d’armes plus puissantes.

La livraison de systèmes de lance-roquettes multiples, d’une portée de quelque 80 km, soit légèrement supérieure aux systèmes russes, a été annoncée par Washington et par Londres, mais on ignore quand les Ukrainiens pourront commencer à les utiliser.

Ils se sont jusqu’ici contentés d’armes occidentales de moindre portée.

– « Vague de faim » –

Plus de 100 jours après l’offensive russe, les conséquences de la guerre continuent de s’aggraver dans le monde, tant sur le plan financier et alimentaire qu’énergétique, touchant 1,6 milliard de personnes, a alerté mercredi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

« L’impact de la guerre sur la sécurité alimentaire, l’énergie et les finances est systémique, grave et s’accélère ».

« Pour les populations du monde entier, la guerre menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère, laissant dans son sillage le chaos social et économique », a averti M. Guterres

« Il n’y a qu’un seul moyen d’arrêter cette tempête qui se prépare: l’invasion russe de l’Ukraine doit cesser ».

Le blocage des ports ukrainiens par la flotte russe de la mer Noire –à commencer par celui d’Odessa, principal port du pays– paralyse ses exportations de céréales, notamment de blé, dont elle était avant la guerre en passe de devenir le troisième exportateur mondial.

Des pays africains et moyen-orientaux sont les premiers touchés et craignent de graves crises alimentaires.

Quelque 20 à 25 millions de tonnes sont actuellement bloquées, des quantités qui pourraient tripler d' »ici l’automne » pour atteindre 75 millions de tonnes, selon le président ukrainien.

Alors que Moscou accuse les Occidentaux d’être à l’origine de cette pénurie en raison de leurs sanctions, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré mercredi son homologue turc Mevlut Cavusoglu à Ankara pour discuter de « corridors maritimes sécurisés » qui permettraient de reprendre les transports de céréales en mer Noire.

– Inflation vertigineuse –

A la demande de l’ONU, la Turquie a proposé son aide pour escorter les convois maritimes depuis les ports ukrainiens, malgré la présence de mines.

Lors d’une conférence de presse, M. Lavrov a assuré que la Russie était « prête à garantir la sécurité des navires qui quittent les ports ukrainiens (…) en coopération avec nos collègues turcs ».

Pour M. Cavusoglu, la demande de Moscou de lever les sanctions qui frappent indirectement ses exportations agricoles, pour faciliter les exportations ukrainiennes, était « légitime ».

Il a cité spécifiquement les exportations « de céréales et d’engrais » russes, qui ne sont pas directement visées par les sanctions occidentales mais qui sont de fait empêchées par la suspension des échanges bancaires et financiers.

La hausse des prix touche aussi de plein fouet la Russie, où l’inflation a connu une hausse vertigineuse jusqu’à battre un record de vingt ans. Elle a cependant commencé à reculer en mai, atteignant tout de même 17,1% sur un an, selon des données officielles.

De leur côté, les sanctions imposées à Moscou sont en train d’anéantir une quinzaine d’années de progrès économique de la Russie et trois décennies d’intégration avec l’Occident, selon un rapport de l’Institut de la Finance internationale (IFF) publié mercredi.

L’IIF prévoit une contraction de l’économie russe de 15% cette année et de 3% supplémentaires en 2023.

La guerre a poussé quelque 6,5 millions d’Ukrainiens à fuir leur pays et fait des milliers de morts: au moins 4.200 civils, selon le dernier bilan de l’ONU, qui estime les chiffres réels « considérablement plus élevés », et des milliers de militaires, même si les belligérants communiquent rarement sur leurs pertes.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s