Législatives: bousculé sur sa gauche, Macron appelle les Français à lui donner « une majorité forte et claire »

Le président français Emmanuel Macron à Clichy-sous-Bois, dans la banlieue de Paris, le 8 juin 2022 afp.com - CHRISTIAN HARTMANN

A trois jours du premier tour des législatives, et face à une gauche en pleine dynamique, Emmanuel Macron s’est saisi directement jeudi de la campagne de son camp en appelant les Français à lui donner « une majorité forte et claire ».

A l’occasion d’un déplacement dans le Tarn sur le thème de la sécurité en zone rurale, le président est monté au front dans un long discours depuis le village de Puycelsi, fustigeant les « extrêmes » qui « proposent d’ajouter de la crise à la crise en revenant sur les grands choix historiques de notre Nation ».

Face à la percée dans les sondages de l’alliance de gauche Nupes autour de Jean-Luc Mélenchon, le chef de l’Etat a attaqué sans les nommer cette coalition et le RN de Marine Le Pen qui veulent, selon lui, « revenir sur les alliances qui comme l’Otan assurent la sécurité collective et protègent les peuples » au moment « où je parle avec la Russie qui massacre les civils en Ukraine ».

Au cours de ce déplacement, Emmanuel Macron a affirmé son soutien aux forces de sécurité intérieure, « en particulier nos gendarmes » auxquels il a rendu visite à la brigade de gendarmerie de Gaillac.

Et de tacler au passage les propos polémiques de M. Mélenchon sur « la police qui tue ». « Il y a des choses que de là où je suis, je ne peux pas accepter, c’est qu’on insulte celles et ceux qui risquent leur vie pour protéger la nôtre », a affirmé le chef de l’État.

Gaillac accueillera une des 200 nouvelles brigades de gendarmerie (trois dans le Tarn) devant être déployées sur l’ensemble du territoire dans le cadre de la future loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI). Ces nouvelles brigades « proposeront aux habitants des services publics tels que le dépôt de plainte ou l’accueil des victimes et renforceront la présence des forces de l’ordre en zone péri-urbaine et rurale », explique l’Elysée.

Emmanuel Macron a été vivement interpellé lors de son déplacement par une jeune femme au sujet de deux ministres accusés de violences envers des femmes. La libération de la parole, « je l’ai accompagnée et je continuerai de l’accompagner, de la protéger. En même temps, pour fonctionner en société vous devez avoir de la présomption d’innocence », a-t-il répondu.

Les cris de « menteur » et un « vous êtes abominable » ont alors retenti.

– « Les pieds au mur » –

L’appel à la mobilisation du chef de l’Etat pour les législatives devrait mettre du baume au coeur de la majorité qui voit dans la participation la « clé » du scrutin, selon un ministre ayant observé avec attention la percée de la gauche unie sous la bannière de la Nupes (LFI, PS, EELV, PCF) lors du premier tour des élections pour les Français de l’étranger dimanche dernier.

Un « échantillonnage » qui « préfigure » le scénario de dimanche, prédit le même ministre, « avec un tassement » de la majorité par rapport à 2017, avant un 2e tour s’annonçant « très bataillé », « circonscription par circonscription », « y compris là où Jean-Luc Mélenchon a fait des scores élevés au premier tour de la présidentielle ».

A l' »encéphalogramme totalement plat » jusque-là des rapports de force succède en effet « un début de dynamique plutôt en faveur de la Nupes et une érosion de Ensemble! (LREM, le Modem, Horizons et Agir) », souligne Brice Teinturier, directeur délégué d’Ipsos.

Un sondage Ipsos Sopra Steria publié jeudi montre que la Nupes, en légère hausse à 28%, devancerait les macronistes (27%) en intentions de vote. Si Ensemble! est crédité de 260 à 300 sièges, il n’a aucune certitude d’obtenir la majorité absolue de 289 sièges, tandis que la Nupes pourrait rafler 175 à 215 sièges.

Brice Teinturier souligne toutefois « la fragilité » de ces projections: « tout dépend des reports » de voix entre les deux tours, avec « 40 à 50 sièges (qui) peuvent riper d’un bloc à l’autre », met-il en garde.

Pris dans la nasse du match entre l’exécutif et la gauche, le Rassemblement national tente, lui, de se frayer un chemin.

Avant de se rendre sur un marché à Agde (Hérault) jeudi, Marine Le Pen, candidate RN dans le Pas-de-Calais, a ironisé sur la visite de M. Macron dans le Tarn. « Il peut faire les pieds au mur avant les élections » mais il a « zéro crédibilité » sur la sécurité, a-t-elle fait valoir.

Eric Zemmour, candidat Reconquête! dans le Var, s’en est, lui, pris sur BFMTV et RMC à Jean-Luc Mélenchon qui « s’est transformé en rappeur qui chante +nique la police+ ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s