Tirs de police à Paris: la garde à vue des policiers levée sans poursuites à ce stade

La Peugeot 207 a terminé sa course au croisement de la rue Custine et de la rue Clignancourt dans le XVIIIe arrondissement de Paris. LP/PAULINE DARVEY

Les trois policiers qui ont tiré samedi 4 juin à Paris lors d’un contrôle sur une voiture qui aurait foncé sur eux sont sortis de garde à vue sans poursuites judiciaires à ce stade. Leurs tirs ont blessé grièvement le conducteur et tué une passagère.

« Après deux jours de garde à vue au cours desquels mes clients ont pleinement coopéré avec les enquêteurs, ils sortent libres de toute charge […]. L’enquête va se poursuivre sous une autre forme et ils donneront tous les éléments de réponse afin que la vérité se manifeste pleinement », a déclaré leur avocat, Me Laurent-Franck Liénard. « Ils n’ont rien à cacher et démontreront leur respect des règles et la légitimité de leur action », a-t-il ajouté.

Ils avaient été placés dimanche en garde à vue dans les locaux de l’inspection générale de la police (IGPN), pour « violences ayant entraîné une ITT (interruption totale de travail) de plus de huit jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique » et « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique ».

Parallèlement, une autre enquête est ouverte pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique », mais le conducteur, grièvement blessé par balle au thorax, n’a pas pu être entendu par la police judiciaire jusqu’à présent.

Les faits se sont déroulés dans le XVIIIe arrondissement samedi en fin de matinée, lorsque des fonctionnaires à VTT ont voulu contrôler « une voiture avec quatre passagers dont l’un ne portait pas sa ceinture de sécurité », a relaté une source policière. Alors qu’ils s’en approchaient, la voiture a pris la fuite. Un peu plus loin, lorsque les policiers tentaient à nouveau de le contrôler, le conducteur aurait démarré et « foncé » sur les policiers qui, selon la police, ont fait usage de leurs armes et atteint le conducteur et une passagère.

Neuf coups de feu

Neuf cartouches auraient été tirées, mais des expertises balistiques complémentaires devraient avoir lieu. Les deux passagers arrière n’ont pas été atteints. Ils ont depuis été entendus par les enquêteurs.

L’un d’entre eux a raconté sur RTL que le conducteur, sans permis, avait « avancé un peu » et « ne s’est pas arrêté » quand un policier le lui a ordonné. Le véhicule s’est retrouvé dans « un genre d’embouteillage » et des coups de feu ont été tirés. « Mon ami a remis la première et a redémarré après les coups de feu », a assuré cet homme. Le conducteur purgeait une peine et bénéficiait d’un aménagement en semi-liberté, selon une source proche de l’enquête.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s