A Preston en Angleterre, « tout le Commonwealth » à l’honneur pour le jubilé

Le festival Preston City Mela dédié aux arts et à la culture d'Asie du Sud fête ses 25 ans et le jubilé de platine de la reine Elizabeth II, à Preston, dans le nord de l'Angleterre, le 4 juin 2022Le festival Preston City Mela dédié aux arts et à la culture d'Asie du Sud fête ses 25 ans et le jubilé de platine de la reine Elizabeth II, à Preston, dans le nord de l'Angleterre, le 4 juin 2022 afp.com - Oli SCARFF

Entre spectacles de danse bollywoodienne et stands de henné, les célébrations des 70 ans de règne d’Elizabeth II ont pris samedi des airs de grand festival multiculturel à Preston dans le Nord-Ouest de l’Angleterre, où vit une importante communauté indo-pakistanaise.

Dans cette ville de quelque 140.000 habitants située au nord de Liverpool et de Manchester, la « Preston City Mela » met tous les ans la culture d’Asie du Sud à l’honneur le temps d’une journée.

Et cette année, en plus de fêter ses 25 années d’existence, le festival célèbre aussi le jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

« Bien sûr, on vit dans ce pays et on adore notre reine, mais c’est bien, pour une fois, d’avoir notre culture et celles de tout le Commonwealth à l’honneur », s’enthousiasme Hanifa, une habitante de Preston d’origine indonésienne.

Jeudi, pour le début des célébrations du jubilé, Hanifa a regardé la parade militaire à la télévision et s’est « émue » de voir la reine Elizabeth au balcon de Buckingham avec sa famille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Samoussas et Ed Sheeran –

« Mais ce qui rend l’ambiance particulièrement sympa aujourd’hui, c’est qu’il y a plein d’influences et de cultures différentes », affirme la sexagénaire, venue profiter des festivités avec des amies de la ville voisine de Blackburn.

« On a incorporé le jubilé dans le programme pour se rapprocher le plus possible d’un thème +Commonwealth+ », explique Gulab Singh, l’organisateur de la journée, qui attend plusieurs milliers de personnes. « On a des danseurs chinois, des musiciens africains, ce n’est pas que la culture d’Asie du Sud, on a élargi le thème pour mieux refléter la perspective du Commonwealth. »

Le Commonwealth, dont la reine est la cheffe, est une organisation de 54 Etats membres dont 15 royaumes, souvent anciens territoires de l’Empire britannique.

Surtout, sourit Shreya Ghodke, une autre organisatrice, « on a cette année une cérémonie pour couper les gâteaux. Ca, c’est vraiment très britannique! »

Assis au soleil, Amit Chauhan, 58 ans, mange des samoussas aux légumes en hochant la tête au rythme de la musique. Sur scène, une danseuse se déhanche en sari sur « Shape of You », le tube du chanteur britannique Ed Sheeran, ici remixé avec des influences indiennes.

« Je trouve que c’est bien que la Mela de Preston ait lieu cette année pendant le jubilé. Depuis jeudi, on voit beaucoup de festivités +so british+ mais pas beaucoup de choses qui mettent l’immigration britannique à l’honneur », dit-il à l’AFP.

« Mes parents sont arrivés dans le Nord-Ouest de l’Angleterre dans les années 1960, ils ont travaillé dans les usines textiles de la région, comme plein d’autres migrants indiens ou pakistanais à l’époque », raconte-t-il.

Ancienne ville industrielle prospère notamment grâce à l’industrie du coton, Preston voit arriver à la fin des années 1950 de nombreuses personnes venues notamment d’Inde et du Pakistan, qui vont travailler dans les usines textiles dans une région alors en manque de main d’oeuvre.

« Honnêtement, la reine et la monarchie, ça ne m’intéresse pas vraiment, je pense que c’est beaucoup de bruit pour rien… Mais je suis Britannique, il faut faire avec », affirme M. Chauhan en souriant.

Si quelque 60% des Britanniques veulent conserver la monarchie, seulement 37% des Britanniques appartenant à une minorité ethnique la soutienne dans son état actuel, selon une étude publiée le mois dernier par l’organisation British Future.

Laila, 16 ans, n’a pas du tout participé aux célébrations du jubilé. « Ca nous a permis d’avoir un long week-end. Mais pour nous, c’est surtout l’occasion de se retrouver entre amis », affirme l’adolescente, qui a décidé de braver l’interdiction parentale pour se faire un tatouage au henné.

« Merci à la reine », lance-t-elle en montrant fièrement sa main tatouée.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s