Wagner en Centrafrique : entre pénuries et mines d’or, la mission contrariée des mercenaires de Poutine

Un membre russe du Groupe Wagner (à gauche) et un soldat des forces des Nations unies lors d’un meeting électoral du président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra, à Bangui, le 12 décembre 2020. 

Depuis son déploiement au Mali et le début de la guerre de la Russie en Ukraine, le groupe Wagner a été contraint de revoir son organisation en Centrafrique. Plongée dans le quotidien des mercenaires de Vladimir Poutine et de Faustin-Archange Touadéra.

L’offensive russe dans l’est de l’Ukraine va-t-elle bouleverser les plans du groupe Wagner en Afrique ? En Centrafrique, où ces mercenaires ont établi dès 2018 leur première base d’importance, de nombreux changements sont en tout cas observés ces derniers mois. Selon nos informations, les effectifs des supplétifs à majorité russe ont ainsi été divisés en quelques mois par deux, passant d’environ 2 500 hommes à 1 200 aujourd’hui.

D’après une source sécuritaire, les premiers départs ont eu lieu en décembre 2021 vers le Mali, nouveau théâtre d’opération de la nébuleuse de Evgueni Prigojine, oligarque proche de Vladimir Poutine. Mais, selon les services de renseignement occidentaux, un nombre plus important de combattants a quitté Bangui entre mars et avril, soit quelques semaines après le déclenchement de l’invasion russe en Ukraine, où les mercenaires ont été appelés en renfort par Moscou.

Si Wagner reste bien présent en Centrafrique, les récents développements ont contraint le groupe à concentrer ses efforts autour de la capitale, Bangui. Selon des sources locales, Wagner y assure toujours la sécurité du président Faustin-Archange Touadéra, du Premier ministre Félix Moloua et, entre autres, du ministre de la Défense Jean-Claude Rameaux-Bireau. Ce dernier est l’une des personnalités les plus proches du commandant local de Wagner, Vitali Perfilev, lequel dispose d’un bureau à deux pas du palais présidentiel.

Article réservé aux abonnés de Jeune  Afrique

Wagner en Centrafrique : entre pénuries et mines d’or, la mission contrariée des mercenaires de Poutine

Jeune Afrique

Un commentaire

  1. Bonsoir, entre 2014 à 2016 l’armée Française de l’opération Sangaris de François Hollande entrait dans les marigots, les chantiers pour extraire de l’or et du diamant de la RCA aucun média occidentaux n’a élevé la voix pour critiquer ni publier des nouvelle pour condamner ces pillages et exploitations illégales. Les militaires de la Sangaris ont fait coucher les filles centrafricaines par leurs chiens de guerres, la justice française les a acquitté soit disant pas de preuves. Aujourd’hui par soucis de retrouver la paix en RCA, le président a tendu la main à la Russie, ce partenariat gagnant gagnant entre ces deux pays rend mal a l’aise la France qui raconte tous sur ce beau pays qui a été pillé par cette France depuis avant jusqu’à après cette soit disant indépendance. C’est vrais on dit que « le bossue ne voit pas sa bosse » Le Dieu qui a créé les cieux et la Terre voit tout et connaît tout. Tout ce qui se dit sur ce peuple un jour Dieu rendra son jugement car tout se paye ici bas. Continuez votre politique de méchanceté contre ce peuple. Gs.

    Envoyé de mon iPhone

    >

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s