Mali: la Croix-Rouge annonce que deux de ses employés sont morts dans une attaque

Un camion du CICR attaqué en périphérie de Gao, au Mali / Le Journal du matin / 1 min. / le 31 mars 2015

Deux employés de la Croix-Rouge ont été tués mercredi 31 mai dans l’attaque de leur véhicule dans la région de Kayes (ouest du Mali), a annoncé jeudi dans un communiqué la Croix-Rouge malienne.

Le chauffeur du véhicule et un délégué expatrié de la Croix-Rouge néerlandaise ont été tués dans cette attaque perpétrée, selon les premiers témoignages recueillis par la Croix-Rouge, «par des hommes armés qui ont surgi à moto» et qui «ont ouvert le feu sans sommation» sur l’équipe, ajoute le communiqué. Le chauffeur était Malien et le délégué expatrié de nationalité sénégalaise, a déclaré à l’AFP Nouhoum Maïga, secrétaire général de la Croix-Rouge malienne, joint par téléphone.

La Croix-Rouge a précisé que l’équipe, qui était «en mission humanitaire à bord d’un de ses véhicules arborant l’emblème de la Croix-Rouge malienne», a été attaquée mercredi aux environs de 18H00 locales (18H00 GMT) sur l’axe Koussané-Kayes. «Les deux autres membres de l’équipe – la coordinatrice du projet et le comptable – ont été profondément affectés par ce drame», ajoute le communiqué. «Ce n’est pas la Croix-Rouge en tant que telle qui était visée», a dit Nouhoum Maïga, parlant d’un probable acte de «brigandage» et non pas de djihadisme. «On a eu des braquages par le passé, des enlèvements de véhicules, mais pas de mort d’hommes» ces dernières années, a-t-il ajouté.

Les auteurs de l’attaque sont repartis avec le véhicule et des équipements, a-t-il dit. Ils ont abandonné le véhicule plus tard, selon les informations qui lui ont été transmises. La Croix-Rouge malienne a condamné «avec la plus grande fermeté» cet incident qui vient «porter atteinte à la mission humanitaire envers les populations vulnérables». Le Mali, vaste pays sahélien dont une grande partie du territoire échappe au contrôle de l’État, subit non seulement la propagation du djihadisme depuis 2012, mais aussi une forte criminalité, en particulier sur ses routes. La région de Kayes, frontalière du Sénégal, passe pour relativement plus préservée de la violence que le centre, le nord ou la zone dite des trois frontières avec le Burkina Faso et le Niger.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s