Elizabeth II : femme de pouvoir et icône féministe, sans le vouloir ?

Rob Munday, créateur du premier portrait 3D/holographique officiellement commandé par la reine Elizabeth II, dévoile un portrait inédit de la reine pour célébrer son jubilé de platine, à Londres, le mercredi 4 mai 2022.Rob Munday, créateur du premier portrait 3D/holographique officiellement commandé par la reine Elizabeth II, dévoile un portrait inédit de la reine pour célébrer son jubilé de platine, à Londres, le mercredi 4 mai 2022. ©AP Photo/Kirsty Wigglesworth

Soixante-dix ans passés sur le trône d’Angleterre, des guerres, des crises familiales, des deuils, un Brexit mais toujours fidèle au poste et haute en couleurs… On peut aisément dire qu’Elizabeth II a donné à la fonction de reine ses lettres de noblesse. La souveraine de 96 ans restera dans l’histoire comme celle qui n’a rien eu à envier aux hommes en tant que femme au sommet du pouvoir. Mais de là à en faire une reine féministe… Entretien avec Isabelle Rivère, autrice de Naissance d’une reine (Fayard).

« Deux femmes dans la boutique, est-ce vraiment ça dont le pays a besoin ? », s’interroge le Prince Philip. « C’est justement peut-être ce dont ce pays a besoin », répond alors Elizabeth II, du moins celle qu’incarne à l’écran Olivia Colman dans la série The Crown. 

Une réplique qui fait référence à la célèbre « Dame de Fer », Margaret Thatcher, qui fut la première femme Première ministre de l’histoire du royaume britannique de 1979 à 1990. Il faut dire qu’en 70 ans de règne, « The Queen » en a vu passer des hommes aux rênes du gouvernement, au total,  14  Premiers ministres, de Winston Churchill, en passant par Tony Blair, David Cameron jusqu’à Boris Johnson, et deux femmes Margaret Thatcher et Theresa May… Pas de quoi faire trembler d’un cil celle qui gagne la palme de la plus longue longévité, toutes reines et rois en exercice confondus. 
 

Pourtant, sur le papier, rien ne semblait prédestiner la petite Elizabeth Alexandra Mary Windsor, née le 21 avril 1926, à gravir un jour les marches du trône. Parce que née fille. Mais faute de frère, elle devient en tant qu’aînée officiellement héritière du trône à 10 ans, en raison de l’abdication de son oncle Edouard VIII, laissant la couronne à son frère Georges. Un roi de père qu’elle commencera à remplacer régulièrement dans ses fonctions officielles lors de déplacements à l’étranger.
Le 6 février 1952, « le roi est mort, vive la reine » : c’est pendant une visite officielle au Kenya qu’Elizabeth apprend la disparition subite de son père. Elle a 26 ans quand elle prend la couronne en tant qu’Elizabeth II.

Sous l’uniforme ou au volant, une reine émancipée ?

Mais avant même de porter la royale couronne, la jeune fille montre des vélléités d’émancipation et multiplie les signes d’un caractère trempé d’or royal. Winston Churchill écrit au sujet d’Élisabeth alors qu’elle n’a que deux ans : « Elle a un air d’autorité et de réflexion époustouflant pour un enfant ». À 14 ans, la jeune Elizabeth fait sa première allocution publique, à 15 ans elle est nommée colonel en chef des Grenadiers Guards. Un an plus tard, elle fait l’inspection de ces troupes, ce qui sera sa première apparition publique.
 

Elizabeth, à droite, n'a que 14 ans lorsqu'elle prend pour la première fois publiquement la parole au micro de la radio anglaise, le 13 octobre 1940. 
Elizabeth, à droite, n’a que 14 ans lorsqu’elle prend pour la première fois publiquement la parole au micro de la radio anglaise, le 13 octobre 1940. ©APphoto

Dès l’âge de 18 ans, contre l’avis de son père, elle s’enrôle dans le Service Territorial Auxiliaire, une branche féminine de l’armée britannique. Sous le numéro d’identification 230873, elle y suit une formation de chauffeur et de mécanicien. À ce jour, elle est la seule femme de la famille royale à avoir servi dans l’armée, rappelle le site alliancefeministesolidaire.org. En 1945, elle décide de rejoindre l’Auxiliary Territorial Service (ATS), un service de femmes volontaires de l’armée de terre du Royaume-Uni créé en 1938 pour servir lors de la Seconde Guerre mondiale. 
Dans un article du People’s Journal datant du 23 février 1952, Maud MacLellan, une commandante ayant formé la jeune femme confie : « La princesse à cette époque a également conduit une voiture à Londres, sur une distance de 45 miles, ce qui n’est pas un mince exploit pour un débutant. »

La Reine d'Angleterre a reçu un entraînement militaire à la conduite de camions et autres ambulances à la fin de la Seconde guerre mondiale, on la voit ici en 1945.

La Reine d’Angleterre a reçu un entraînement militaire à la conduite de camions et autres ambulances à la fin de la Seconde guerre mondiale, on la voit ici en 1945. ©DR

Bien des années plus tard, dans Ever the Diplomat : Confessions of a Foreign Office Mandarin (2013), les mémoires du diplomate britannique Sherard Cowper-Coles, celui qui fut ambassadeur en Arabie saoudite entre 2003 et 2006 rapporte une anecdote sur la visite officielle du roi Abdallah à Balmoral en 1998.

Après le déjeuner, Elizabeth II propose au souverain saoudien de visiter le domaine. Des Land Rovers sont garés devant le palais, et conformément aux instructions, le prince s’installe dans le véhicule de tête, sur le fauteuil passager. Son interprète prend place sur la banquette arrière. Mais à la surprise générale, c’est la reine d’Angleterre qui prend le volant. A ce moment-là, les femmes n’ont pas encore le droit de conduire en Arabie Saoudite (droit acquis depuis 2018, ndlr). Et c’est même avec une conduite plutôt sportive qu’Elizabeth II dévale les petites routes écossaises du domaine, tout en parlant. Abdallah, visiblement peu à l’aise, demande à son interprète d’inviter la souveraine à ralentir et se concentrer sur sa conduite… Le diplomate raconte ceci : « Sa nervosité augmente à mesure que la reine, une conductrice de l’armée lors de la Seconde Guerre mondiale, accélère, le long des routes écossaises étroites, sans arrêter de parler. »

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s