Le Gabon plaide pour des « crédits biodiversité » sur le modèle des crédits carbonne

Le ministre gabonais des Eaux et Forêts, Lee White, le 18 mars 2022 à LibrevilleLe ministre gabonais des Eaux et Forêts, Lee White, le 18 mars 2022 à Libreville afp.com - Steeve JORDAN

Britannique naturalisé gabonais, ministre emblématique des Eaux et Forêts de ce petit pays d’Afrique centrale qui se veut un exemple dans le monde pour la préservation de la nature, Lee White défendra l’idée de « crédits biodiversité » sur le modèle des crédits carbone à la prochaine COP 15 prévue en Chine.

Ce professeur en Ecologie et conservation des écosystèmes des forêts tropicales en Afrique promet aussi de mieux protéger les populations victimes des éléphants dans le conflit homme-faune qui fait régulièrement débat au Gabon.

Question: Qu’attendez-vous de la conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15) prévue à la fin de l’été en Chine?

Réponse: Elle sera le moment où on va élever le débat sur la biodiversité au même niveau que le climat. Les problèmes de climat et de biodiversité sont liés. L’Amazonie est en train de crever à cause du changement climatique! Pour résoudre la crise de la biodiversité, il faut résoudre la crise climatique. Mais la biodiversité est aussi le meilleur outil pour lutter contre le changement climatique.

A Kunming, nous espérons une résolution sur la biodiversité. On vise 30% des aires protégées avant 2030 dans le monde. Et on espère également qu’on va commencer à travailler sur un système de crédit de biodiversité comme les crédits carbone. Le bassin du Congo est le coeur et le poumon de l’Afrique qui agit pour le maintien de la stabilité de notre continent. On peut sûrement calculer un prix pour ce service et donner une valeur à cette forêt équatoriale.

Q: Comment le Gabon peut-il pousser les autres pays à suivre ses ambitions ?

R: Depuis le sommet de la terre à Rio (en 1992), le Gabon a absorbé trois milliards de tonnes de CO2. Nous sommes passés de 0 à 22% de notre territoire en aires protégées. Nous sommes passés de 0 à 27% d’aires protégées pour nos océans. L’Afrique a perdu 75% des populations d’éléphants de forêts à cause du braconnage. Le Gabon a, lui, augmenté sa population de 50% pour atteindre 95.000 éléphants. Je ne suis pas sûr que vous trouverez un pays qui a fait mieux dans le monde. Nous ne pouvons pas imposer notre modèle aux autres pays. Mais si nous trouvons un moyen de donner une valeur à tous ces progrès et à la séquestration de carbone, les autres pays regarderont peut-être plus l’exemple du Gabon et feront eux-mêmes quelque chose de similaire.

Q: Comment réagissez-vous quand des Gabonais vous accusent de défendre les éléphants plus que les populations ?

R: Le conflit homme/éléphant est très complexe. On doit maintenir l’intégrité de notre écosystème et l’éléphant en fait partie. Or, le changement climatique commence à avoir des conséquences sur le bassin du Congo. Les scientifiques ont découvert au parc national de la Lopé (centre) que la production de fruits a baissé de 80% parce que la température s’y est élevée de 1 degré Celsius moyenne en 40 ans et que la pluviométrie a baissé. Les éléphants ont faim et sortent des forêts à la recherche de fruits.

Je préfère mettre des barrières électriques et d’autres méthodes plutôt que de tuer les éléphants. Mais on doit absolument protéger les moyens de subsistance des gens, leur sécurité et leur qualité de vie. Dans le monde occidental, l’image des éléphants c’est surtout celle de merveilleuses et douces peluches dans les chambres d’enfants mais pour les petits Africains en milieu rural, ce sont d’énormes choses terrifiantes qui peuvent tuer leur père et prendre ou détruire la nourriture des prochains mois. Les gens, en partie par affect, mais aussi parce qu’ils ont peur et faim, m’accusent moi ou le gouvernement de prendre plus soin des éléphants. Ce n’est pas vrai mais on doit voir le problème dans son ensemble. Par le passé, nous n’avions pas le budget pour compenser les victimes du conflit homme/éléphant. Mais cette année, nous avons cinq millions de dollars dans le budget national.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s