La peur et la liberté: aux racines de la passion américaine des armes

Lors d'une reconstitution historique de la guerre d'indépendance américaine à Boston, en mars 2017Lors d'une reconstitution historique de la guerre d'indépendance américaine à Boston, en mars 2017 afp.com - DOMINICK REUTER

1776. Les colonies d’Amérique viennent de déclarer leur indépendance et déjà, un débat agite les pères fondateurs de la toute jeune nation: les Américains ont-ils le droit individuel de porter des armes? Ou seulement s’ils sont membres de milices locales?

2022. En moins de deux semaines, deux fusillades sanglantes ont coûté la vie à dix Afro-Américains, puis à dix-neufs enfants et le débat, vieux comme les Etats-Unis, incompréhensible pour tous les autres pays développés, reprend.

A l’héritage de la guerre d’indépendance s’est ajoutée, selon les experts, la conviction toujours plus ancrée dans l’esprit des Américains qu’il leur faut posséder des armes pour assurer leur propre sécurité, associée à tout un imaginaire aux accents presque religieux.

Cette évolution a été amplement encouragée par une industrie des armes qui a joué sur la peur de l’insécurité et le racisme, analyse Ryan Busse, un ancien de ce secteur.

Les récents massacres « sont le produit dérivé d’un modèle industriel fait pour se nourrir de la haine, de la peur et du complotisme », a-t-il écrit cette semaine pour le magazine en ligne The Bulwark.

– Des armes contre l’impérialisme –

Dans les tous jeunes Etats-Unis des années 1770 et 1780, les armes à feu sont une évidence.

En posséder signifie se dresser face aux monarchies colonisatrices, en particulier l’armée britannique.

James Madison, considéré comme le père de la Constitution, a vanté « cet avantage d’être armé qu’ont les Américains sur toute autre nation ou presque ».

Les premiers Etats américains, méfiants face à un gouvernement fédéral encore balbutiant, ont voulu leurs lois, et leurs armes.

Alors, les armes à feu, essentielles pour lutter contre l’oppression? Ne faut-il pas s’en remettre à des milices locales organisées? Mais ces mêmes milices ne risquent-elles pas de devenir une nouvelle source d’oppression?

Un débat difficile à comprendre en particulier pour les Européens, dont la conception de la sécurité est façonnée par ce que le sociologue Max Weber a défini comme le « monopole de la violence légitime »: l’idée que les citoyens s’en remettent aux forces de l’ordre pour les défendre, et renoncent en échange à se faire justice eux-mêmes.

Très loin du compromis trouvé en 1791 aux Etats-Unis, dans le désormais célèbre deuxième amendement à la Constitution: « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

– Les années 1960 –

Dans les deux siècles qui ont suivi, les armes à feu sont devenues une composante essentielle du grand récit américain, dans ses pages les plus idéalisées comme les plus sombres.

L’on n’imagine pas les pionniers, confrontés à une nature hostile et à des hors-la-loi de toute nature, sans leurs carabines. Et que dire des films de western?

David Yamane, professeur de l’université Wake Forest qui a théorisé ce passage d’une « Culture des armes 1.0 » à une « Culture 2.0 », rappelle aussi le rôle des armes à feu dans la sanglante soumission des tribus indiennes et des esclaves.

Dès le début du XXème siècle, les Etats-Unis, de plus en plus urbanisés, se sont retrouvés confrontés à des niveaux de violence par armes à feu sans comparaison avec d’autres nations.

De 1900 à 1964, l’historien Richard Hofstadter a compté plus de 265.000 homicides par armes à feu.

Les autorités ont pris des mesures, ainsi l’interdiction en 1934 au niveau fédéral des fusils mitrailleurs, et l’obligation pour les propriétaires d’armes de les déclarer.

Les Etats ont ajouté des mesures sur l’interdiction du port d’armes en public par exemple.

Selon un sondage Gallup, en 1959 60% des Américains se disaient favorables à une interdiction des armes à feu pour les particuliers.

Mais c’était sans compter sur les campagnes toujours plus agressives des fabricants d’armes et du lobby désormais célèbre, la National Rifle Association (NRA), qui ont empêché des mesures réellement contraignantes. N’est restée qu’une interdiction, aisément contournée, de la vente par correspondance d’armes à feu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Sacro-saint deuxième amendement –

La NRA a ensuite fait cause commune avec le parti républicain autour de la défense d’un deuxième amendement interprété comme consacrant un « droit fondamental » à posséder des armes.

Matthew Lacombe, professeur au Barnard College, explique que pour en arriver là, le lobby a créé tout un imaginaire autour des armes à feu, dans lequel les propriétaires ont puisé pour se définir socialement.

Les armes sont devenues un puissant outil d’identification politique, en particulier dans une Amérique rurale que les républicains ont toujours cherché à conquérir au détriment des démocrates.

Jessica Dawson, professeur à l’académie militaire de West Point, souligne aussi le lien forgé entre la NRA et la droite religieuse.

Elle écrit que le lobby a « commencé à utiliser des termes à connotation religieuse pour élever le deuxième amendement au-dessus des restrictions prises par un gouvernement laïque ».

– L’auto-défense –

Cela n’a pas tout de suite porté ses fruits. Les ventes d’armes ont commencé à décliner, les Américains se détournant peu à peu de la chasse comme du tir sportif.

En quête d’un nouveau levier marketing, la NRA et les fabricants ont alors insisté sur un autre usage des armes à feu: la capacité à se défendre, explique Ryan Busse.

Les publicités ont alors mis en scène des émeutes et des cambriolages, et présenté tout un éventail d’équipements « tactiques », à commencer par les gilets pare-balles, ainsi que des armes de plus en plus lourdes. Et cela au moment où l’élection de Barack Obama alimentait une poussée du suprémacisme blanc.

Certains Etats ont répondu à la montée de la violence par des lois autorisant le port d’armes sans permis: un tournant, selon David Yamane, qui a fait grimper les ventes, dans toutes les catégories de population.

A partir de 2009, les ventes ont fortement augmenté, atteignant plus de 10 millions d’armes à feu par an depuis 2013, avec une énorme demande pour les armes semi-automatiques.

Selon l’étude Small Arms Survey datant de juin 2018, fin 2017, les Américains détenaient environ 45% des armes à feu civiles en circulation dans le monde, alors qu’ils ne représentaient qu’un peu plus de 4% de la population du globe.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s