La Corée du Nord annonce son tout premier cas de Covid-19

Kim Jong-un lors d'une réunion du bureau politique du parti à Pyongyang. Photo diffusée par l'agence de presse officielle nord-coréenne le 11 avril 2020. (KCNA VIA KNS / AFP)

Ce premier cas, détecté lors de tests effectués dimanche à Pyongyang, «correspond» au variant Omicron, hautement transmissible, a précisé l’agence officielle KCNA.

La Corée du Nord a déclaré une «grave urgence nationale» après avoir détecté son premier cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, le dirigeant Kim Jong Un jurant d’«éliminer» le virus, selon les médias d’État, jeudi 12 mai. Ce premier cas, détecté lors de tests effectués dimanche à Pyongyang sur des personnes malades et fiévreuses, «correspond» au variant Omicron, hautement transmissible, a précisé l’agence officielle KCNA.

Kim Jong Un a annoncé la mise en place d’un confinement dans tout le pays à l’issue d’une réunion de crise du bureau politique. «L’objectif était d’éliminer la racine dans les plus brefs délais», a affirmé le leader cité par l’agence d’État KCNA. Le dirigeant nord-coréen «a appelé toutes les villes et tous les comtés du pays à confiner minutieusement leurs territoires et à organiser le travail et la production après avoir isolé chaque unité de travail, chaque unité de production et chaque unité d’habitation les unes des autres», afin de bloquer la propagation du «virus malveillant», a précisé l’agence de officielle.

Le pays n’avait encore jamais officiellement enregistré de cas de Covid, ayant complètement fermé ses frontières dès le début de la pandémie en 2020, aux dépens de son économie. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la Corée du Nord avait mené, en 2020, 13.259 tests anti-Covid, qui se sont tous révélés négatifs. Les experts estiment que la Corée du Nord n’a vacciné aucun de ses 25 millions d’habitants, ayant rejeté les offres de vaccination de l’OMS, de la Chine et de la Russie. Le système de santé du pays, très déficient, pourrait avoir du mal à surmonter une épidémie d’ampleur, selon les observateurs.

Achats panique

La Corée du Nord est entourée de pays qui ont lutté ou luttent encore pour éradiquer d’importants foyers d’Omicron. La Corée du Sud, où les taux de vaccination sont élevés, a récemment assoupli la quasi-totalité des restrictions sanitaires, les cas ayant fortement diminué après une flambée en mars. La Chine voisine, seule grande économie du monde à maintenir une politique zéro Covid, est aux prises avec de multiples foyers d’Omicron, et a confiné plusieurs grandes villes dont la capitale financière Shanghai.

Le site spécialisé NK News, basé à Séoul, a rapporté que des zones de la capitale nord-coréenne Pyongyang avaient été confinées pendant deux jours. «De multiples sources ont également entendu parler d’achats panique en raison de l’incertitude quant au moment où le confinement pourrait prendre fin», a indiqué le site, citant des sources à Pyongyang.

La Corée du Nord se vante depuis longtemps de sa capacité à tenir le virus à distance. Lors d’une parade militaire en 2020, Kim Jong Un avait remercié les citoyens et les militaires pour leur loyauté et pour être restés en bonne santé face à la pandémie mondiale. Les médias d’État avaient déjà évoqué des mesures de «prévention des épidémies», et des civils ont parfois été vus portant des masques sur des photographies officielles. Mais lors de l’énorme défilé militaire à Pyongyang fin avril diffusé par les médias d’État, aucune des milliers de personnes présentes n’a été vue portant un masque.

Selon les analystes, la crise sanitaire en Corée du Nord pourrait perturber les essais d’armement du pays. Pyongyang a déjà effectué plus d’une douzaine de tests d’armement cette année, dont un missile balistique intercontinental à pleine portée, pour la première fois depuis 2017.

Des images satellites indiquent que la Corée du Nord se prépare à effectuer un essai nucléaire, et les États-Unis ont prévenu que cela pourrait arriver dès ce mois-ci. «Il est possible que l’essai nucléaire soit retardé afin de se concentrer sur la maîtrise du coronavirus», a déclaré à l’AFP Yang Moo-jin, professeur à l’Université des études nord-coréennes de Séoul. Mais il a ajouté que si les craintes de la population concernant une épidémie se répandaient, Kim Jong Un pourrait procéder à un essai «pour détourner cette peur».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s