En Centrafrique, bitcoin et guerre d’influence

Cryptomonnaies - ©Art Rachen, CC0 Creative Commons

L’adoption de la cryptomonnaie comme monnaie officielle par Bangui n’a pas la moindre rationalité économique, mais pourrait être un outil de la rivalité entre Paris et Moscou, relève Marie de Vergès, journaliste au « Monde Afrique », dans sa chronique.

Ce pourrait être l’histoire inspirante d’une nation tourmentée qui choisit, envers et contre tout, de se projeter vers l’avenir et la modernité. De se placer « sur la carte des plus courageux et visionnaires pays au monde », comme s’autocongratulait la présidence de la République centrafricaine (RCA) en annonçant, fin avril, qu’elle adoptait le bitcoin comme monnaie légale.

Une telle interprétation ne vient pourtant guère à l’esprit à propos de cette décision qui en a laissé plus d’un pantois. Une démarche à laquelle on peine à trouver la moindre rationalité économique, quel que soit le bout par lequel on l’examine. Instaurer la cryptomonnaie comme devise officielle semble au mieux farfelu dans un pays classé 188e sur 189 par les Nations unies à l’indice de développement humain. Sur une population de quelque 5 millions de personnes, seul un habitant sur dix a accès à Internet et un sur six à l’électricité.

De quoi singulièrement compliquer l’utilisation de cette monnaie, dont le « minage » – ces calculs complexes qui servent à créer le bitcoin et authentifier les transactions – est un processus très énergivore. Faute d’infrastructures au niveau, c’est d’ailleurs à Dubai que devrait se trouver la société de minage de la monnaie électronique, comme l’a révélé le 10 mai le site Africa Intelligence. Selon ses informations, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra devait se rendre jeudi 12 mai dans l’Emirat pour superviser son lancement.

En proie à une interminable guerre civile, la Centrafrique ne manque pourtant pas d’autres chantiers urgents : la sécurité bien sûr, mais aussi l’accès à l’énergie, l’éducation, la construction de routes… Présupposer que le bitcoin peut contribuer à « améliorer les conditions de vie des citoyens », comme l’a assuré Bangui, semble également fort hasardeux, compte tenu de l’extrême volatilité de la devise numérique. Sa valeur a été quasiment divisée par deux depuis son point haut de novembre 2021, et elle peut connaître des variations, à la hausse comme à la baisse, de plus de 10 % en une seule journée. Des fluctuations difficiles à encaisser pour les agents économiques (fonctionnaires, entreprises…) qui seraient payés dans cet actif.

Il suffit de regarder le précédent du Salvador, premier pays au monde à avoir adopté officiellement le bitcoin, en septembre 2021, aux côtés du dollar américain. Huit mois plus tard, son usage par les citoyens reste confidentiel, comme l’a révélé une récente étude des économistes Fernando Alvarez, David Argente et Diana Van Patten. Parce qu’ils ne comprennent pas son fonctionnement, ne lui font pas confiance et s’effraient de son instabilité chronique, la grande majorité des Salvadoriens lui tourne le dos.

 La suite est réservée aux abonnés  du Monde  Afrique

En Centrafrique, bitcoin et guerre d’influence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :