Qu’est-ce que la Transnistrie, république sécessionniste entre l’Ukraine et la Moldavie ?

Une femme passe devant une statue de Lénine à Tiraspol, la capitale de la Transnistrie, le 31 octobre 2021.Une femme passe devant une statue de Lénine à Tiraspol, la capitale de la Transnistrie, le 31 octobre 2021. AP/Dmitri Lovetsky

République auto-proclamée longeant la frontière ukraino-moldave, la Transnistrie a toujours revendiqué sa russophilie. Aujourd’hui, le conflit en Ukraine ravive la mémoire des tensions séparatistes qui ont opposé pendant des décennies la Moldavie à cette région peuplée de 470 000 habitants en majorité russophone.

Le conflit ukrainien pourrait-il s’étendre vers l’Ouest ? Mercredi 27 avril, le village frontalier de Kolbasna hébergeant un important dépôt de munitions de l’armée russe a été la cible de tirs. Le dépôt d’armes, datant de la période soviétique, se trouvait sous le contrôle de soldats russes déployés sur ce territoire. Mais quel est le lien entre la Transniestrie et la Russie ? Quelle est l’histoire de cette région ?

La Transnistrie est république auto-proclamée russophone longeant la frontière ukraino-moldave peuplée de quelque 500 000 habitants.
La Transnistrie est république auto-proclamée russophone longeant la frontière ukraino-moldave peuplée de quelque 500 000 habitants. TV5MONDE

Quel est le statut de la Transnistrie ? 

Après l’effondrement de l’URSS en 1991, la Moldavie devient indépendante. Le nouveau pays choisit le roumain comme langue officielle. La Transnistrie, étroite bande de terre de 4000 kilomètres carrés coincée entre la frontière ukrainienne et moldave, décide, elle, de faire sécession avec la Moldavie.

Sa population majoraitement russophone souhaite un rattachement à la fédération de Russie. C’est le début de longues tensions entre les deux parties. Une guerre éclate entre mars et juillet 1992 et fera près de 800 morts. La Moldavie ne parviendra pas à rattacher la Transnistrie à son territoire, qui restera autonome.

Aujourd’hui, la Transnistrie n’est pas reconnue sur le plan du droit international bien qu’elle affiche une certaine autonomie. « La Transnistrie n’a jamais vraiment fait partie de la Moldavie. » explique Florent Parmentier, chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC et auteur de La Moldavie à la croisée des mondes, chez Non Lieu Editions. « Aujourd’hui, il y a un rouble, un Parlement et un président transnistriens. Pour autant la Transnistrie n’est reconnu par personne, pas même la Russie dont elle se revendique pourtant proche. » poursuit le chercheur.

Voir aussi : La Transnistrie, prochain objectif de la Russie ?

Chargement du lecteur…

Début mars, la demande officielle de la Moldavie d’intégrer l’Union européenne a relancé les revendications sécessionnistes transnistriennes. Dans les pages du quotidien russe Kommersant, le ministère des Affaires étrangères de la république russophile déclarait vouloir entériner définitivement son “divorce” avec Chisinau. Il en a également profité pour adresser à l’ONU et à l’OSCE une demande de reconnaissance d’indépendance de cette entité politique “qui constitue une réalité depuis trente ans”.

Quel est le lien entre la Transnistrie et la Russie ?

Si la Moldavie est roumanophone, la Transnistrie est, elle, russophone. Les liens entre la région et la Russie sont multiples. Ils sont d’abord militaires. Plus de 1500 soldats russes sont présents depuis 40 ans sur le territoire afin de garantir un maintien de la paix depuis la fin du conflit de 1992. Ils sont également politiques. « La plupart des dirigeants transnistriens ont un lien direct avec l’appareil d’État administratif de renseignement russe », soulève Florent Parmentier. La Russie fait aussi affluer son gaz dans la région par l’intermédiaire de son géant Gazprom.

L’ukrainien est aussi une langue officielle de la Transnistire et un certain nombre de dirigeants transnistriens ont des origines ukrainiennes.

Florent Parmentier, chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC

Cette proximité avec la Russie n’empêche toutefois pas la Transnistrie d’être aussi connectée à l’Ukraine rappelle le géopolitologue. « Le principal débouché économique de la Transnistrie est le port d’Odessa. L’ukrainien est aussi une langue officielle et un certain nombre de dirigeants transnistriens ont des origines ukrainiennes, » précise-t-il.

La Transnistrie pourrait-elle jouer dans le conflit ukraino-russe ?  

Depuis le début du conflit, l’expansion du conflit à la Moldavie (et donc à la Transnistrie) est au coeur de toutes les préoccupations. Les capacités militaires moldaves limitées font craindre une potentielle invasion rapide du pays soit par l’Ukraine soit par la Russie. Ni la Moldavie, ni la Transnistrie n’ont d’ailleurs pris part dans le conflit depuis fin février.

Voir aussi : Face la menace russe, Moldavie et Géorgie demandent leur adhésion à l’Europe

Chargement du lecteur…

« La Transnistrie accueille plusieurs milliers de réfugiés ukrainiens mais le gouvernement ignore volontairement de mentionner la raison de leur fuite. » explique Florent Parmentier. « Dans ses déclarations le président transnistrien Vadim Krasnoselsky ne condamne ni ne soutient le conflit. La Transnistrie et la Moldavie cherchent à sortir de cette situation avec le moins de dommage possible. »  analyse-t-il.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s