Guerre en Ukraine: explosions en Transnistrie, la Moldavie craint un débordement du conflit


Une vue des antennes du centre radio Pridnestrovian, également connu sous le nom d'«émetteur de Grigoriopol», détruites par deux explosions, près de Mayac, dans la région séparatiste autoproclamée de Transnistrie en Moldavie, le 26 avril 2022. via REUTERS - TRANSDNIESTRIAN INTERIOR MINISTR

Deux antennes radio dans la région séparatiste moldave de Transnitrie ont été détruites dans deux explosions, indique mardi le ministère de l’Intérieur. « Tôt le matin du 26 avril, deux explosions se sont produites dans le village de Maïak, dans le district de Grigoriopol : la première à 6h40 et la seconde à 7h05 », détaille le ministère. Aucun habitant n’a été blessé, précise le ministère.

Il s’agit de la troisième explosion ces dernières 24 heures dans le territoire frontalier de l’Ukraine. Hier, plusieurs explosions ont été entendues à Tiraspol, la capitale de la Transnistrie. Le siège du ministère de la Sécurité publique a été visé dans ce qui semble être une attaque au lance-grenades qui n’a pas fait de blessés, indique la police de cette région séparatiste de Moldavie appuyée par la Russie.

Aucun lien n’a pour l’instant pu être fait entre les deux incidents.

La Transnistrie a fait sécession de la Moldavie après une brève guerre civile dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique. La région séparatiste a sa propre monnaie et ses propres forces de sécurité. Ce territoire, qui compte environ 500 000 habitants, est cependant fortement dépendant de la Russie, qui lui fournit gratuitement du gaz et y a déployé 1 500 militaires. Moscou y possède toujours une base militaire, ainsi qu’un stock de quelque 20 000 tonnes de munitions.

Ces incidents surviennent après qu’un haut responsable militaire russe a soulevé la semaine dernière la question des russophones en Transnistrie dans le contexte de la campagne militaire russe en Ukraine. Le général Roustam Minnekaïev, commandant adjoint des forces du District militaire du Centre de la Russie, avait aussi estimé que la population russophone de Moldavie était victime d’« oppression », l’un des prétextes invoqués par Moscou pour intervenir en Ukraine afin de « défendre » la minorité russe.

Le ministère moldave des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de Russiesuite à ces propos, qu’il a qualifié de « sans fondement et en contradiction avec la position de la Russie en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de notre pays à l’intérieur de frontières internationalement reconnues ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s