Au Togo, la joie des détenus à la réouverture des prisons aux visites

Des agents pénitentiaires vérifient les effets apportés par des proches de détenus lors de la reprise des visites à la prison de Lomé, le 22 avril 2022Des agents pénitentiaires vérifient les effets apportés par des proches de détenus lors de la reprise des visites à la prison de Lomé, le 22 avril 2022 afp.com - MATTEO FRASCHINI KOFFI
Un sac plastique rempli de pain et de savon à la main, Sokadan Amouzou est le premier à franchir le portail de la prison civile de Lomé au premier jour de la reprise des visites, suspendues il y a deux ans en raison du Covid-19.

« Fini le calvaire, je suis tellement en joie de rendre visite pour la première fois à mon neveu, détenu dans cette prison depuis juin 2020 », s’enthousiasme ce menuisier de profession.

Depuis le 13 avril 2020, les détenus de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest étaient privés de droit de visite. Une mesure mise en place pour les « protéger contre le risque de contamination (du coronavirus) venant de l’extérieur », avaient justifié les autorités.

Cette suspension a été levée mardi par le ministre de la Justice Pius Kokouvi Agbétomey, après « l’allègement intervenu dans les mesures restrictives liées à cette pandémie ».

Les visites seront autorisées « sous les conditions de la présentation d’un pass vaccinal ou d’un test PCR authentique datant de moins de 72 heures et du port obligatoire de masque de protection », a-t-il souligné.

Derrière les grilles des cellules, les sourires des détenus répondent à ceux de leurs familles. Puis les prisonniers rejoignent leurs proches, sous la surveillance des agents pénitentiaires.

– « Salutaire » –

Rodrigue Abbey, dans les murs depuis 19 ans, ne cache pas son émotion : « Nous sommes en joie de revoir nos proches parents et amis, car nous avons traversé une période très difficile. C’était vraiment dur. »

« Nous invitons les autorités à procéder à l’ouverture des prisons aux visiteurs sans restriction: visite tous les jours notamment les dimanches et pas de contrôle de pass vaccinal », suggère, lui, Mawuli Aziovo, en prison depuis 6 ans.

Car vendredi, chaque visiteur était soumis à des contrôles stricts.

A une centaine de mètres de l’entrée de la prison, plus grand centre pénitentiaire du Togo, deux agents vérifient les pièces d’identité et le pass vaccinal. Des « observateurs des prisons » de l’Association Solidarité mondiale pour les personnes démunies et les détenus (SMPDD) supervisent les opérations.

D’autres postes de contrôle et de fouille des visiteurs sont installés à l’entrée principale et dans l’enceinte de la prison.

Ces procédures chronophages ne découragent pas les familles : « Je suis tellement soulagé et très content de revoir mon fils », résume Martin Hator.

La prison civile de Lomé accueille environ 1.800 détenus pour une capacité de 666 détenus.

Pour le moment, les visites ne sont autorisées que le lundi, mercredi et vendredi.

« Les détenus ont toujours des droits et cette nouvelle mesure est une occasion pour eux de se sentir encore en famille. Nous leur avons apporté du riz, des médicaments et des bibles », confie le Pasteur Kevin Ahadji de l’association chrétienne Mission internationale de la percée.

– Deux ans de « calvaire » –

Au Togo, comme dans de nombreux pays africains, les visites sont quasiment vitales pour les détenus car elles permettent aux proches de leur apporter des vivres, des habits et des médicaments, le système pénitentiaire étant généralement sous-financé.

L’interdiction du droit de visites aux détenus était une mesure impopulaire pour de nombreux Togolais car jugée disproportionnée au regard de la situation sanitaire.

Ces derniers mois, des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile ont demandé à plusieurs reprises la reprise des visites aux détenus.

Selon Me Elom Kpadé, avocat de plusieurs prisonniers, les détenus ont vécu un « calvaire durant ces deux années, privés de leurs proches ».

« En somme, c’est une bonne et attendue mesure qui donnera un coup d’accélérateur aux procédures », salue-t-il.

Le Togo, qui a détecté son premier cas de Covid-19 début mars 2020, a enregistré au total 36.973 cas dont 273 décès, selon les chiffres officiels publiés jeudi soir.

Pour le directeur de l’administration pénitentiaire, Akibou Idrissou, le retour du public dans les prisons marque un grand jour.

« C’est un sentiment de satisfaction pour nous ce matin. La reprise des contacts familiaux fera qu’il y aura une sorte d’épanouissement au niveau des détenus », explique M. Idrissou.

« J’espère qu’on arrivera à une ouverture complète des prisons de notre pays » tous les jours de la semaine, insiste-t-il.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s