Guerre en Ukraine: comment Poutine cache ses difficultés avec des opérations de communication

Le président russe Vladimir Poutine, à Moscou, le 15 février 2022. (SERGEY GUNEEV / SPUTNIK / AFP)
Naufrage du croiseur Moskva, départ de la région de Kiev, sanctions… l’offensive russe en Ukraine connait des revers que le président russe cherche à dissimuler et minimiser.

Le président russe serait-il bien plus nerveux qu’il ne veut le montrer? Face à la situation de la guerre en Ukraine qui s’enlise et semble poser de plus en plus de difficultés aux troupes russes, concentrées désormais sur l’est et le sud du pays, l’attitude de Vladimir Poutine elle-même interroge les observateurs. C’est notamment le cas de Sergueï Jirnov, ancien espion russe du KGB et auteur de L’éclaireur, invité de BFMTV ce vendredi.

Cette semaine, Vladimir Poutine a effectué deux interventions, l’une pour annoncer le lancement réussi d’un nouveau missile intercontinental russe et l’autre pour donner des instructions à son ministre de la Défense de ne pas donner l’assaut mais de continuer le siège de l’usine d’Azovstal tout en annonçant la prise de Marioupol. Deux prises de parole que Sergueï Jirnov analyse comme les preuves d’une fragilité du président russe.

La perte du croiseur russe Moskva, « un revers énorme » pour le Kremlin

« La fin du travail de libération de Marioupol, c’est un succès », a déclaré ce jeudi Vladimir Poutine à son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, lors d’une rencontre diffusée à la télévision. Toutefois, pour l’ancien espion Sergueï Jirnov, il s’agit là d' »une scène qui en dit long sur le climat qui règne au Kremlin ».

D’abord sur la forme, Vladimir Poutine est « accroché à la table, on a l’impression qu’il souffre, qu’il est contracté ». « Il agite son pied droit, on voit qu’il est nerveux et qu’il essaie de cacher son émotion », explique Sergueï Jirnov qui juge également Sergueï Choïgou « mal à l’aise ».

Sur le fond, il « annonce la victoire sur Marioupol même si la ligne n’est pas prise et qu’Azovstal n’est pas prenable« , affirme l’ancien espion. Selon lui, c’est la conséquence directe de la perte du croiseur russe Moskva, « un revers énorme » pour le Kremlin. « Les Ukrainiens ont marqué un très gros point qui a provoqué une onde de choc dans l’opinion russe, même à la télévision », explique-t-il.

« [Vladimir Poutine] était nerveux et donc il lui fallait tout de suite une victoire: c’est là qu’il annonce la victoire sur Mariopoul », analyse Sergueï Jirnov.

Le lancement du Sarmat, une annonce « symbolique »

Vladimir Poutine est également apparu récemment à la télévision russe pour annoncer le lancement réussi d’un nouveau missile intercontinental russe, le Sarmat, et lancer un avertissement au monde entier.

« Ce discours c’est du symbolique parce que ce que Vladimir Poutine ne dit pas c’est que la Russie n’a produit que deux exemplaires de ce missile, dont un venait d’être tiré. En réalité, ce missile n’existe pas et n’est pas produit en série », affirme Sergueï Jirnov.

Malgré ces certaines difficultés, la communication du président russe semble néanmoins fonctionner auprès de la population de son pays. Selon notre correspondant à Moscou, Jean-Didier Revoin, sa courbe de popularité est en augmentation: 83% d’opinion favorable contre 63% en décembre dernier.

BFMTV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s