En Egypte, la peine d’une influenceuse TikTok ramenée à trois ans

Une vidéo de l'influenceuse égyptienne Haneen Hossam demandant aux autorités d'abandonner les charges retenues contre elle, le 23 juin 2021 au CaireUne vidéo de l'influenceuse égyptienne Haneen Hossam demandant aux autorités d'abandonner les charges retenues contre elle, le 23 juin 2021 au Caire afp.com - Khaled DESOUKI

La justice égyptienne a commué lundi à trois ans la peine de prison de l’influenceuse TikTok et Likee, Haneen Hossam, condamnée pour « traite d’êtres humains », ont indiqué des sources judiciaires à l’AFP.

En juin, l’étudiante d’une vingtaine d’années avait été condamnée à dix ans de prison. Une peine lourde car prononcée en son absence et pour plusieurs chefs d’accusation.

Elle a depuis été acquittée de la charge de « débauche ».

Sa peine, contre laquelle elle peut encore interjeter appel, a donc été « réduite », a affirmé à l’AFP son avocat Hussein al-Baqar, estimant même qu’avec déjà 21 mois passés derrière les barreaux, sa cliente pouvait « considérer sa nouvelle peine comme un acquittement ».

Avec le système des remises de peine, a-t-il expliqué, « elle pourrait sortir cet été ».

Avant, elle devra s’acquitter d’une amende de près de 10.000 euros.

Mme Hossam avait un temps été soupçonnée de proxénétisme pour une vidéo adressée à ses plus de 1,3 million d’abonnés, en plein confinement début 2020.

Elle y affirmait vouloir aider des jeunes filles ne trouvant pas de travail à gagner un peu d’argent en publiant des vidéos en ligne avec elle.

« La justice criminalise ce que tous les influenceurs font chaque jour: inviter d’autres à travailler avec eux pour monétiser leur activité sur TikTok », estime sur Twitter l’avocate Mai el-Sadany.

« Il existe de vraies affaires de traite d’êtres humains qui doivent faire l’objet de poursuites –ces affaires de TikTok n’en font pas partie », poursuit-elle, dénonçant « un contrôle de l’expression et de la mobilité socio-économique des jeunes » Egyptiennes par le régime du président Abdel Fattah al-Sissi.

En juin 2020 déjà, une autre influenceuse, Mawada al-Adham, avait été condamnée à six ans de prison pour « traite d’êtres humains » et « incitation à la débauche ».

En tout, ces deux dernières années, une douzaine d’influenceuses ont été arrêtées pour atteinte aux bonnes mœurs dans le pays conservateur.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s