Venue de Chine, la jument-dragonne Long Ma ensorcèle la foule à Toulouse

Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie "La Machine", dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie "La Machine", dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022 afp.com - Valentine CHAPUIS

Déployant ses ailes pour une longue traversée depuis la Chine, Long Ma s’est posée à la Halle de la Machine de Toulouse, paradant ce weekend devant des milliers de personnes, avant que ce titan de 45 tonnes emmène les plus aventureux en voyage.

« Woaaah, mais elle est énorme! », s’exclame une petite fille juchée sur les épaules de son père. La créature ocre, de bois et d’acier, haute de 11 mètres, vient de se réveiller. Autour d’elle quelques enfants s’effarouchent.

Sur la Piste des Géants, où Long Ma est apparue samedi aux côtés du Minotaure et de l’Araignée géante, ses narines fument, ses yeux d’un rouge vif fixent le public.

Soudain, la jument-dragonne se cabre. Son énorme gueule s’ouvre, crachant des flammes menaçantes.

« Elle ne me fait pas peur! Avec ses gestes, on dirait mon chat, j’ai vraiment l’impression qu’elle me regarde, qu’elle est douce », affirme Manon, 11 ans, sans quitter des yeux la jument-dragonne aux longs cils. Sa mère a l’air tout aussi émerveillée.

« Quelque soit notre âge, on a tous le même regard face à ces machines. Elles nous renvoient à une période de notre enfance où on était des lilliputiens dans un monde de géants », estime François Delarozière, directeur artistique de la Compagnie nantaise de la Machine.

Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie "La Machine", dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022
Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie « La Machine », dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022 afp.com – Valentine CHAPUIS

– « Magie » universelle –

La créature mythologique, créée en 2014 à l’occasion du 50e anniversaire des relations sino-françaises et financée par un mécène chinois, a paradé pour la première fois à Pékin, rassemblant des centaines de milliers de personnes.

Observant depuis des années les réactions que suscitent ses marionnettes taille XXXL auprès du public, le créateur de Long Ma est toujours fasciné par la « magie » qui opère, « quelque soit le pays ».

« Beaucoup de gens un peu sérieux retrouvent soudain leur regard d’enfant et se laissent surprendre par leur émotion, sans se poser de questions », déclare-t-il à l’AFP.

Sur la Piste des Géants, Long Ma doit déjouer les pièges de l’Araignée géante. Selon une légende chinoise, la jument-dragonne est missionnée par la déesse Nuwa, créatrice de l’humanité, pour refermer un trou dans le ciel provoqué par le dérèglement des forces de la nature.

Scrutant la foule, le monstre monumental se déplace tranquillement, puis tombe nez à nez avec le Minotaure. Ses oreilles frémissent, sa poitrine se gonfle, puis elle cligne des paupières, avec un regard étonnamment tendre.

« Nos machines sont fabriquées comme un corps animal », souligne M. Delarozière, insistant sur la tâche des marionnettistes et les « heures et heures de répétition » pour obtenir le résultat escompté.

« Le fil rouge de notre travail est d’assembler de la matière inerte, et par le mouvement, produire de l’émotion », ajoute l’inventeur.

Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie "La Machine", dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022
Le cheval-dragon Long-Ma, créé par François de la Rozière et sa compagnie « La Machine », dans les rues de Toulouse, le 16 avril 2022 afp.com – Valentine CHAPUIS

– Sensations et frissons –

Joe Smith est la cheffe d’orchestre qui « donne vie » à Long Ma, dirigeant d’une main sûre, avec boîtier et manette, la dizaine de « machinistes » installés à bord de la créature géante.

« Pour apprivoiser cette machine, il faut essayer de pénétrer dans son esprit: le regard est très important, sa façon d’entrer en contact avec le public et avec l’environnement autour d’elle », confie cette Anglaise de 51 ans.

Installé sur le dos de la jument-dragonne, Jacky Torzanioli s’occupe des effets spéciaux, de faire cracher du feu, de la fumée ou de l’eau à la jument-dragonne.

« Cela fait vingt ans que je travaille avec de grosses marionnettes. On ne peut pas dire que je suis blasé, mais à force j’éprouvais beaucoup moins d’émotions. Quand Long Ma est arrivée, j’ai immédiatement retrouvé les sensations du début, ce petit frisson qui glisse jusqu’au bas des reins », confie le quinquagénaire.

Le secret de la jument-dragonne? « Sa manière de bouger, son regard peut-être », dit-il.

A Toulouse depuis février – après un passage aux ateliers de Nantes pour sa maintenance décennale – Long Ma va rester encore quelques mois dans le sud-ouest de la France.

A partir du 19 avril, les plus téméraires pourront même s’offrir un voyage, nichés dans un temple posé sur son dos, avant qu’elle décolle à nouveau pour la Chine fin août.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s