Somalie: les programmes du FMI s’arrêteront en mai en cas de retard des élections


Au siège du FMI à Washington le 15 avril 2020 afp.com - SAUL LOEB

Les programmes du Fonds monétaire international (FMI) en Somalie pourraient s’arrêter dans trois mois en cas de nouveau retard dans les élections, a déclaré à l’AFP l’institution, qui entame mardi une mission dans cet Etat pauvre et instable de la Corne de l’Afrique.

En retard de plus d’un an, les élections parlementaires doivent, selon un accord conclu entre les dirigeants somaliens, être achevées le 25 février, permettant ensuite l’élection d’un président. Mais plus d’une centaine de sièges n’ont pas encore été attribués.

De son côté, le FMI doit conclure mi-mai une évaluation de ses programmes, dont plusieurs points clés concernant des réformes à venir doivent impérativement être validés par le nouveau gouvernement, a déclaré l’institution lors d’une interview à l’AFP.

« Cette évaluation des programmes de soutien du FMI doit être terminée d’ici le 17 mai 2022. Si elle n’est pas terminée d’ici cette date, les programmes se terminent automatiquement », a affirmé Laura Jaramillo Mayor, qui dirige la mission.

Mme Jaramillo note qu’une interruption impacterait les aides budgétaires reçues par la Somalie de partenaires (285 millions de dollars en 2020) mais aussi le processus en cours de réduction de sa dette extérieure.

Cette dernière est déjà passée de 5,2 à 3,7 milliards de dollars entre 2018 et aujourd’hui. Au terme du processus, possiblement dès « l’année prochaine », elle doit descendre à 557 millions de dollars, soit environ 6% du PIB estimé.

Un niveau qui permettra à Mogadiscio d’attirer plus de financements mais aussi au secteur privé de se développer, au bénéfice de secteurs comme les infrastructures ou l’éducation, note Mme Jaramillo.

Il manque chaque mois 10 millions de dollars au gouvernement fédéral pour régler les dépenses prioritaires, comme les salaires.

– « Potentiel » –

Pays parmi les plus pauvres au monde, où près de 70% des habitants vivent avec moins de 1,90 dollar par jour, la Somalie se remet péniblement de décennies de guerre civile et fait face à l’insurrection des islamistes shebab.

Mais les Somaliens ont ces dernières années réalisé « un énorme travail » de renforcement des institutions, notamment en termes de collecte d’impôts et de contrôle des dépenses publiques, encourage le FMI, qui travaille à nouveau avec le pays depuis 2015.

Pour lutter contre les effets cumulés des sécheresses, des invasions de criquets et du Covid-19, 200.000 foyers pauvres reçoivent par ailleurs une aide mensuelle à travers un programme gouvernemental soutenu par la Banque mondiale.

En 2021, la croissance a selon le FMI atteint 2%, portée par une forte consommation des ménages, grâce aux transferts de fonds, ainsi que par les exportations de bétail, notamment vers les pays du Golfe.

Clés dans l’économie, les transferts de fonds envoyés par la diaspora somalienne ont totalisé plus de 2 milliards de dollars en 2021, soit l’équivalent de 28% du PIB, selon l’institution.

Pour 2022, le FMI prévoit une croissance de 3,2%.

« Globalement, nous voyons beaucoup de potentiel pour la croissance somalienne en 2022 et delà », ajoute Mme Jaramillo.

Le début de l’année 2022 est marquée par une forte sécheresse, qui affecte un quart des 16 millions de Somaliens. Plus de 550.000 personnes ont du quitter leur foyer à la recherche d’eau et de nourriture.

Le FMI « devra réviser ses prévisions de croissance » en l’absence de normalisation des pluies, note Mme Jaramillo.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s