Une anti-IVG favorite pour la présidence du Parlement européen

Roberta Metsola, membre du groupe de droite du PPE au Parlement européen, le 17 janvier 2022 à Strasbourg

Roberta Metsola, membre du groupe de droite du PPE au Parlement européen, le 17 janvier 2022 à Strasbourg afp.com – PATRICK HERTZOG

Le Parlement européen élit mardi son nouveau président, un poste qui pourrait revenir à la conservatrice maltaise Roberta Metsola, en dépit de son opposition à l’avortement qui passe mal auprès de nombreux eurodéputés.

Cette élection est l’un des deux temps forts de la première session plénière de 2022 pour l’assemblée de Strasbourg, avec le discours mercredi d’Emmanuel Macron qui exposera les objectifs de la présidence française de l’UE pour les six prochains mois.

Pour succéder à l’Italien David Sassoli, décédé le 11 janvier et dont le mandat prenait fin cette semaine, Roberta Metsola, membre du groupe de droite du PPE, première force politique de cette institution, fait figure de favorite pour en prendre les rênes jusqu’à l’été 2024.

Elle sera opposée à trois autres candidats: l’Espagnole Sira Rego (gauche radicale), le Polonais Kosma Zlotowski (ECR, eurosceptiques) et la Suédoise Alice Bah Kuhnke (les Verts). Chacun d’eux défendra brièvement sa vision mardi matin, avant le scrutin.

Députée européenne depuis 2013 et vice-présidente du Parlement depuis 2020, Roberta Metsola, qui fête ses 43 ans mardi, avait récemment gagné en visibilité en assurant l’intérim de David Sassoli, éloigné de l’hémicycle par la maladie pendant plusieurs semaines.

Mais cette mère de 4 enfants s’est aussi attirée les critiques de certains de ses collègues: en cause, ses convictions anti-avortement, une opinion très largement répandue à Malte, dernier pays de l’UE où l’IVG reste complètement illégale.

Consciente des réserves qu’elle a suscitées sur cette question, elle a assuré qu’en cas d’élection, son « devoir sera de représenter la position du Parlement », y compris sur les droits sexuels et reproductifs.

– Accords et désaccords –

Selon une tradition, une alternance entre gauche et droite a quasiment toujours eu lieu pour les élections de mi-législature au Parlement européen.

Roberta Metsola devait bénéficier initialement de l’accord passé entre les trois principales forces politiques PPE, S&D (sociaux-démocrates) et Renew Europe (centristes et libéraux): les groupes s’étaient entendus en 2019 pour se ranger derrière la candidature du socialiste David Sassoli, et pour qu’un candidat du PPE prenne le relais pour la deuxième moitié de la législature.

Mais au vu de ses récents succès électoraux, notamment en Allemagne, le groupe S&D a remis en cause son soutien, la présidente du groupe, Iratxe García, expliquant vouloir défendre un candidat « en accord avec (ses) priorités et (ses) valeurs ».

Les trois groupes sont finalement parvenus lundi à un nouvel accord, autour d’une déclaration politique mentionnant plusieurs priorités, dont la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité des sexes, la réforme de la fiscalité européenne ou encore la mise en place d’une directive sur le salaire minimum.

L’accord attribue également 5 postes de vice-présidents du parlement au groupe S&D, ainsi que certaines présidences de commission.

A l’extrême droite, le groupe Identité et Démocratie (ID), qui réunit notamment le RN français et la Ligue italienne, apportera son soutien au candidat eurosceptique Kosma Zlotowski, du groupe Conservateurs et réformistes européens.

– Quatre tours de scrutin-

Si elle est élue, Roberta Metsola sera la troisième femme à présider l’assemblée de 705 députés, après les Françaises Simone Veil (1979-1982) et Nicole Fontaine (1999-2002).

Pour être élu, un candidat doit recueillir la majorité absolue des votes exprimés par bulletins secrets. Si aucune majorité absolue ne se dégage au bout de trois tours de scrutin, un quatrième tour est organisé avec les deux candidats ayant recueilli le plus de voix au tour précédent. Le vote se déroulera à distance, en raison du contexte sanitaire.

En plus du président, pas moins de 14 vice-présidents seront élus au cours de la session, pour un mandat de deux ans et demi. Des postes de responsables dans les commissions parlementaires et délégations européennes seront également renouvelés, alimentant d’âpres tractations entre les groupes politiques.

Selon le règlement du parlement, le président dispose d’un certain nombre de pouvoirs, notamment celui de statuer sur la recevabilité des textes et amendements soumis au vote de l’assemblée, en plus de la conduite des débats. Il représente aussi l’institution lors des sommets européens des Vingt-Sept.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s