Centrafrique: des zones entières coupées du monde [2]

Patrouille de casques bleus sur une route aux abords de Paoua en Centrafrique, le 5 décembre 2021. De plus en plus d’engins explosifs sont disséminés sur les routes par les groupes rebelles. © AFP/Barbara Debout

Depuis un an, l’apparition d’engins explosifs posés sur les pistes vient complexifier encore la crise centrafricaine. Un phénomène encore inconnu dans le pays il y a un an, mais qui prend de l’ampleur et dont les conséquences sont dramatiques pour l’économie de la région Nord-Ouest.

Selon la plupart des analystes, ces engins explosifs seraient posés par les groupes rebelles afin de limiter la progression des forces pro gouvernementales qui les ont repoussés hors des principales agglomérations du pays en 2021. Mais les explosifs ne font pas de différence et les victimes sont dans leur immense majorité des civils, des humanitaires également, ainsi que deux casques bleus qui ont été blessés.

A LIRE :Centrafrique: humanitaires et casques bleus face à la menace des engins explosifs [1]

En plus du bilan humain qui s’élève à 23 civils tués au moins selon l’ONU, des zones entières sont devenues inaccessibles aux commerçants et aux humanitaires. Dans ses localités, le manque de nourriture, de médicaments vient s’ajouter à l’insécurité qui empêche les agriculteurs de travailler au champ.

ECOUTER

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s