Plus divisés que jamais, les Etats-Unis se préparent à commémorer l’assaut contre le Capitole

Le Capitole, siège du Congrès américain, sous la neige, le 4 janvier 2022 à Washington

Le Capitole, siège du Congrès américain, sous la neige, le 4 janvier 2022 à Washington afp.com – OLIVIER DOULIERY

Le pouvoir démocrate essaie de rassurer sur la solidité des institutions, tandis que l’opposition républicaine boude les commémorations: une Amérique profondément divisée va marquer, jeudi, l’assaut donné le 6 janvier 2021 contre le Capitole.

Le ministre fédéral de la Justice, Merrick Garland, doit faire un point mercredi sur l’enquête criminelle contre les partisans de l’ancien président républicain qui, par milliers, ont tenté il y a un an d’empêcher les parlementaires américains de certifier l’élection de Joe Biden.

La police fédérale américaine pense désormais qu’au moins 2.000 personnes ont été impliquées, dont 225 accusées d’avoir commis des violences.

Le chef de la police du Capitole Tom Manger, qui a pris ses fonctions après l’attaque, témoigne lui mercredi devant une commission du Sénat.

« Le 6 janvier a mis en lumière des défaillances opérationnelle très importantes », reconnaît-il dans la version écrite de son témoignage, mise en ligne par le Sénat. « Ces problèmes doivent être réglés, et c’est ce que nous faisons. »

Du côté de la police du Capitole comme du gouvernement fédéral, l’objectif est donc de rassurer, de montrer que les institutions américaines ont tiré les leçons des violents affrontements avec les forces de l’ordre et de cette intrusion inouïe de partisans de Donald Trump, qui ont paradé dans les couloirs et jusque dans les bureaux de parlementaires.

Mais quand il prendra la parole jeudi avec la vice-présidente Kamala Harris, dans l’enceinte même du Capitole, le président Joe Biden rappellera aussi que la démocratie américaine reste fragilisée.

« Il va parler du travail qui reste à faire pour assurer et renforcer notre démocratie et nos institutions, pour rejeter la haine et les mensonges que nous avons vus le 6 janvier, pour unir le pays », a dit mardi sa porte-parole Jen Psaki.

« Le 6 janvier n’était pas l’action irréfléchie et spontanée d’une foule violente. C’était une tentative de renverser par la violence le résultat d’une élection libre et juste. Ne nous fourvoyons pas: les raisons qui ont causé le 6 janvier existent toujours », a dit mercredi le patron des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

« Si nous ne nous attaquons pas aux racines de cette violence, cette insurrection ne restera pas une aberration, elle deviendra la norme », a-t-il mis en garde.

– Volte-face de Trump –

L’ancien président Donald Trump a certes fait volte-face: il a renoncé à donner jeudi une conférence de presse depuis sa luxueuse retraite de Floride, une initiative vécue comme une provocation chez les démocrates, et qui embarrassait visiblement ses partisans républicains.

Mais l’irascible milliardaire n’a en rien adouci son propos. Dans un communiqué mardi, il s’insurge à nouveau contre la « fraude » qui a selon lui, et sans qu’il n’en apporte aucune preuve, entaché la dernière élection présidentielle. « Le crime du siècle! » écrit Donald Trump, que son adversaire démocrate a devancé de sept millions de voix.

Les républicains, sur lesquels l’ancien président conserve un immense ascendant, ont dans l’ensemble choisi de faire profil bas.

Dans un message en date du 2 janvier, leur chef de file à la Chambre des représentants – qui, avec le Sénat, compose le Congrès américain – écrit certes que « les actions de cette journée (du 6 janvier) étaient illégales ».

Mais Kevin McCarthy critique aussi le camp démocrate, qui selon lui utilise les événements du 6 janvier « comme une arme partisane pour diviser le pays ».

Mitch McConnell, un ténor du camp républicain et le chef des conservateurs au Sénat, a déjà fait savoir qu’il ne serait pas présent jeudi lors des commémorations organisées à Washington. Il se rendra à l’enterrement d’un ancien sénateur américain à Atlanta, dans le sud des Etats-Unis.

Loin donc des marches du Capitole, où les membres du Sénat et de la Chambre des représentants sont invités à se recueillir ensemble jeudi, à 22h30 GMT.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s