Mali: ouverture d’une consultation devant fixer l’agenda du retour à un pouvoir civil

Le colonel Assimi Goita avec les juges de la Cour suprême lors de son investiture à Bamako le 7 juin 2021

Le colonel Assimi Goita avec les juges de la Cour suprême lors de son investiture à Bamako le 7 juin 2021 afp.com – ANNIE RISEMBERG

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont lancé lundi la phase finale des consultations nationales censées constituer le préalable à des élections et un retour des civils au pouvoir.

Ces Assises nationales de la refondation sont présentées par les autorités comme un moment crucial de la transition ouverte après le putsch de 2020 mais boycottées par de nombreuses organisations.

Elles vont durer quatre jours et vont permettre de « faire le diagnostic sans complaisance de l’état de la nation, d’en tirer les meilleures leçons, d’analyser en profondeur la situation globale du pays », a déclaré le colonel Assimi Goïta, président de la transition qui présidait la cérémonie d’ouverture.

« Il vous reviendra également de faire des propositions concrètes, de construire une solution de sortie de crise », a-t-il indiqué aux participants.

Ces concertations devront parachever un processus qui a débuté avec des Assises des différents cercles et communes du pays.

« Les Assises nationales ont pu se tenir dans 725 communes sur 749, dans 51 cercles sur 60. Elles n’ont pas pu se tenir dans les 9 cercles de Kidal et Ménaka (nord du Mali) pour des raisons sécuritaires. Elles ont été organisées dans 26 ambassades de pays de forte concentration de Maliens », a indiqué Zeïny Moulaye, président du panel qui a préparé les concertations.

Ces consultations sont supposées accoucher de recommandations en vue de réformes destinées à remédier aux maux du pays pris dans la tourmente depuis le déclenchement d’insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012.

Le Mali a déjà connu de telles consultations nationales par le passé. C’est un des griefs des organisations qui ont décidé de ne pas y prendre part, avec la demande que les élections aient lieu rapidement et avec les critiques contre l’absence de véritable concertation.

Le 11 décembre, le Cadre d’échange, réunion de plusieurs partis et regroupements de partis, a jugé dans un communiqué que ces Assises n’étaient qu’une « manœuvre dilatoire » destinée à prolonger la transition, de la part d’un gouvernement « sans repère, ni boussole ».

Un jour auparavant, d’autres acteurs importants, au sein d’un Cadre stratégique permanent (CSP), avaient eux aussi prévenu que les conclusions des Assises ne les engageraient « nullement ».

Le Mali a été le théâtre de deux coups d’Etat militaires en moins d’un an, en août 2020 et mai 2021. Les militaires s’étaient engagés sous la pression de la Cédéao, médiatrice, et d’une partie de la communauté internationale, à remettre le pouvoir aux civils après des élections présidentielle et législatives programmées en février 2022.

Mais les autorités ont finalement notifié à la Cédéao être dans l’incapacité de respecter le calendrier convenu.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s