Cameroun: libération de trois étudiants condamnés en 2016 pour une « blague » sur Boko Haram

Trois étudiants condamnés en 2016 au Cameroun à 10 ans de prison pour avoir "partagé un SMS sarcastique" faisant référence au groupe jihadiste Boko Haram ont été libérés, selon l'ONG Amnesty International

Trois étudiants condamnés en 2016 au Cameroun à 10 ans de prison pour avoir « partagé un SMS sarcastique » faisant référence au groupe jihadiste Boko Haram ont été libérés, selon l’ONG Amnesty International afp.com – ISAAC LAWRENCE

Trois étudiants condamnés en 2016 au Cameroun à 10 ans de prison pour avoir « partagé un SMS sarcastique » faisant référence au groupe jihadiste Boko Haram ont été libérés, a annoncé lundi l’ONG Amnesty International.

Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob, détenus depuis le 14 janvier 2015, avaient été déclarés coupables par un tribunal militaire de « non-dénonciation d’actes terroristes » le 2 novembre 2016.

« Ces trois étudiants, qui n’ont fait qu’exercer pacifiquement leur droit à la liberté d’expression, n’auraient pour commencer jamais dû être arrêtés. Les autorités camerounaises doivent protéger les droits humains et veiller à ce que toute personne puisse s’exprimer librement sans craindre de représailles », a écrit l’ONG dans un communiqué, ajoutant qu’ils ont « quitté la prison ce week-end ».

Pour Amnesty, les trois étudiants ont été « punis contre toute logique simplement pour avoir partagé une blague sur leur téléphone ».

Les trois jeunes étudiants s’étaient partagés un message lié au groupe jihadiste nigérian Boko Haram, qui a mené de nombreuses attaques dans l’extrême nord du Cameroun. « Ce message était en réalité une observation sur la difficulté à trouver un emploi correct sans être hautement qualifié et jouait sur l’idée que même le groupe armé Boko Haram ne recrutait que des personnes ayant obtenu de bons résultats à leurs examens », a noté Amnesty dans son communiqué.

Leur libération fait suite à la décision de la Cour suprême de réduire la peine des trois étudiants de dix à cinq ans de prison.

L’ONG avait adressé une pétition au président Paul Biya, 88 ans dont 39 ans à la tête du pays, pour la libération des trois étudiants qui avait récolté quelque 310.000 signatures.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s