Ouganda: 15 personnes poursuivies pour terrorisme après des attaques à la bombe

Une explosion à Kampala lors d'une série d'attentats à la bombe qui a frappé la capitale ougandaise en octobre et novembre tuant 5 personnes et blessant des dizaines d'autres
Une explosion à Kampala lors d’une série d’attentats à la bombe qui a frappé la capitale ougandaise en octobre et novembre tuant 5 personnes et blessant des dizaines d’autres afp.com – Ivan Kabuye

Quinze personnes, dont une femme enceinte, sont poursuivies en Ouganda pour terrorisme après de récentes attaques imputées à un groupe rebelle, a déclaré la police vendredi.

Le pays d’Afrique de l’Est a été victime d’une série d’attentats à la bombe aux mois d’octobre et novembre, faisant 5 mort et des dizaines de blessés.

Les autorités ougandaises ont désigné un « groupe terroriste intérieur » ayant des liens avec les Forces Alliées Démocratiques (ADF)- une organisation affiliée à l’Etat Islamique par Washington – comme responsable des attaques.

« Quinze personnes ont comparu devant le tribunal hier pour des accusations de terrorisme, de soutien, d’encouragement au terrorisme et d’appartenance à un groupe terroriste », a déclaré vendredi à l’AFP le porte-parole adjoint de la police métropolitaine de Kampala, Luke Owoyesigyire.

A la suite de ces attentats, l’Ouganda avait déployé le mois dernier ses forces armées et lancé des frappes aériennes sur la République démocratique du Congo (RDC), visant les ADF, après l’accord de Kinshasa.

Deux attentats suicides le 16 novembre dans la capitale Kampala ont fait 4 morts et 33 blessés.

Ces attaques, revendiquées par l’EI, ont eu lieu dans la foulée de l’explosion d’un restaurant routier le 23 octobre qui avait tué une femme, et d’un attentat suicide dans un bus près de Kampala le 25 octobre, faisant plusieurs blessés.

Le porte-parole de la police Luke Owoyesigyire, a précisé que les 15 suspects été impliqués dans les quatre attentats et qu’ils resteront en détention jusqu’au 13 janvier, date à laquelle ils comparaîtront de nouveau devant le tribunal.

Depuis avril 2019, certaines attaques des ADF dans l’est de la République Démocratique du Congo ont été revendiquées par l’EI, qui décrit le groupe comme sa filiale d’Afrique centrale.

En mars, les États-Unis ont placé les ADF sur leur liste d’organisations « terroristes » liées à l’EI.

L’Ouganda a également désigné ce groupe comme l’auteur d’un attentat à la bombe déjoué en août lors des funérailles d’un commandant de l’armée, qui avait mené une offensive majeure contre les militants d’Al-Shabaab en Somalie.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s